Publié dans Editorial

Anguille sous roche ?

Publié le vendredi, 01 mars 2019

Les agents de la Police nationale menacent de débrayer. Motif, la mesure de suspension temporaire de la Police routière (PR) prise par les nouveaux patrons du ministère de la Sécurité publique, et cela, afin de permettre aux nouveaux dirigeants d'établir une stratégie plus efficace pour combattre au mieux la corruption qui infecte le Service. A rappeler que le maintien de l'ordre et la sécurité des zones urbaines relèvent de la responsabilité de la Police nationale tandis que la sécurité intérieure nationale, notamment les zones rurales, est de la compétence de la Gendarmerie nationale et enfin la Défense de l'intégrité territoriale revient à l'Armée. Ainsi, la gestion de la circulation urbaine, contrôle des papiers y compris, est du ressort direct de la Police.

Personne n'est plus sans savoir de l'emprise du fléau, la corruption, au sein de la Police nationale. Certes, il s'agit pour la plupart de la « petite corruption » mais n'empêche qu'on est en face d'une maladie qui gangrène le corps.

La levée de boucliers des agents de police contre la disposition temporaire, la suspension momentanée de la police routière, sans que leurs salaires et autres avantages ne soient suspendus, intrigue la curiosité des observateurs et même des simples citoyens. Le temps, tout simplement,  pour les hauts responsables de confectionner de nouvelles tactiques afin d'éradiquer la corruption, et cela, dans le cadre global du combat sans pitié contre ce fléau ordonné par le nouveau Chef de l'Etat. Alors, quelle mouche a-t-elle piqué la Police pour réagir ainsi ? On est tenté de soupçonner une malicieuse velléité de vouloir défendre un intérêt occulte.

Devrait-on préciser que les policiers, en tant qu'agents de l'Administration, ont le droit de se constituer en Syndicat. Ailleurs, en France par exemple, le Syndicat de la Police joue un rôle pertinent dans la défense des intérêts justifiés des agents qui sont, à juste titre,  sous tutelle du ministère de l'Intérieur. Un droit que la législation en vigueur ne conteste pas.

Etant des fonctionnaires de l'Etat, pas des militaires, ils relèvent de l'autorité directe du ministre de l'Intérieur et non de celui de la Défense nationale.

Petite parenthèse. Madagascar durant la Première République maintenait le système. Ce n'était qu'à partir de la Deuxième République, sous le règne sans partage de Didier Ratsiraka, que tout a été bouleversé. Un ministère de la Police fut même créé, schéma égal à celui du régime répressif du temps de l'apartheid en Afrique du Sud. Le régime socialiste et totalitaire de l'Amiral avait besoin  d'un Etat policier pour se maintenir.  Parenthèse !

Par contre, les éléments de la Gendarmerie et les soldats de l'Armée, en tant que militaires, ne peuvent pas « jouir » de ce privilège (se regrouper au sein d'un syndicat). Ils sont soumis aux ordres et aux commandements de leurs chefs, pour la Patrie (« Ho an'ny Tanidrazana »). Et ils se trouvent sous la tutelle du ministère de la Défense nationale assisté par le Secrétariat d'Etat de la Gendarmerie nationale.

Et on se demande « pourquoi les agents de la Police nationale, par le biais de leur Syndicat, brandissent-ils la menace de grève suite à une mesure de suspension et non de suppression de la sulfureuse activité, la police routière ?

Y a-t-il anguille sous roche ?

Ndrianaivo

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff