Publié dans Editorial

Le chemin du filet

Publié le jeudi, 18 avril 2019

Les grandes formations européennes de football s'affrontent, en ce moment, dans les phases éliminatoires des coupes tant au niveau national qu'européen. En France, les équipes de la Ligue 1 disputent à mort les meilleures places pour  la fameuse et légendaire Coupe de France. Et on y va de grosse surprise à la débâcle. Quand un PSG se fait étriller par 5 buts à 1 par une « équipe de province » Lille, il y a de quoi s'étonner ! En Europe, à l'UEFA, les âpres matches éliminatoires  comptant pour le championnat européen battent leur plein et arrivent à leur terme. En général, la hiérarchie est respectée. Les grandes équipes comme les Barça ou les Ajax trouvent toujours l'opportunité de faufiler pour se frayer un itinéraire vers le chemin du filet.

A Madagascar, le Barea (zébus) se prépare activement pour affronter sa toute première participation à la phase finale de la Coupe d'Afrique des Nations en Egypte au mois de juin prochain.

Il n'est pas trop tôt ni trop tard d'évoquer le cas de notre équipe nationale. On dit souvent que le football est le sport-roi si le sprint de 100 mètres est la reine de l'athlétisme. D'aucuns n'ignorent que le sport, bien soutenu et entretenu, contribue à rehausser la dignité et la fierté d'un pays. La Jamaïque n'est qu'une minuscule île perdue sinon oubliée dans l'immensité des océans mais grâce au sport, elle se range fièrement dans les rangs des grands de ce monde. Usain Bolt, le Jamaïcain multi-médaillé d'or des Jeux Olympiques et multiple champion du monde incontesté du sprint, conduit son petit pays vers le sommet de la gloire.

Depuis la chute de la 1ère République, notre équipe nationale (Club M ou Barea) peine à se hisser parmi les grands du Continent noir. Madagascar essuie des échecs répétitifs presque à tous les rendez-vous internationaux sous-régionaux de l'Afrique de l'Est. Nous n'avions jamais pu réussir à franchir le Canal de Mozambique. L'arrivée du coach allemand Peter Schnittger dans les années 80 changea la donne. Le Club M pouvait faire trembler les ogres du football tels le Cameroun, le Nigéria ou l'Egypte. Mais quand l'Allemand devait quitter malgré lui son poste pour des raisons obscures, ce fut la rechute et ce jusqu'aux enfers !

Nicolas Dupuis, le manager français, quand on lui a donné la carte blanche, remonte la pente jusqu'à réussir … l'impossible, à savoir, la qualification de Madagascar aux finales de la CAN en Egypte. Et les footeux commencent à « oser » espérer sur l'avenir de ce sport-roi.

L'avènement d'un jeune dirigeant au sommet de l'Etat conforte l'espoir de tous. Le sport figure, en très bonne position, dans les Velirano (Acte 13 alinéa 4) du Président Rajoelina. Il s'engage à redonner la place qu'il mérite, le sport, à travers les grands efforts de développement du pays. Le nouveau ministre du Sport ne ménage point les efforts pour traduire en actes les promesses du Chef de l'Etat. Jamais le sport malagasy ne dispose autant d'opportunités et ce pour battre, enfin, de l'aile !

D'ores et déjà, la chance d'espérer pour que notre Barea retrouve la gloire est permise. A nous tous de soutenir notre onze national et lui offrir l'occasion de se frayer vers le chemin du filet.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Mission du FMI à Madagascar - Deux appuis financiers importants sur la table des négociations
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Enseignement supérieur - L'université de Fenoarivo -Atsinanana officiellement inaugurée 
  • Administration - Le Président veut des collaborateurs loyaux et efficaces
  • Actu-brèves
  • JIRAMA - Le manager de redressement bientôt dans le ring
  • Lutte contre la corruption à Madagascar - Le CSI pointe du doigt les blocages institutionnels
  • Conseil des ministres décentralisé - Focus sur Toamasina
  • Législatives - 470 prétendants à l’assaut des 163 sièges au Parlement

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Recadrage présidentiel
    Au terme d’un Conseil des ministres, délocalisé à Toamasina, la capitale de la Région d’Atsinanana, le Chef de l’Etat Rajoelina Andry et la délégation qu’il conduit, des membres du Gouvernement, se sont enquis de l’état actuel de la situation de l’avancement des travaux s’inscrivant dans le cadre des projets présidentiels dans le Grand Port et aussi de la Région d’Analanjirofo.A Toamasina, le Président Rajoelina et sa suite dont entre autres le Premier ministre, Ntsay Christian, la ministre de la Justice Landy Mbolatiana Randriamanantsoa, le ministre des Travaux publics, le colonel Ndriamihaja Livah Andrianatrehina, le Secrétaire d’Etat en charge des Nouvelles villes Gérard Andriamanohisoa et bien d’autres, ont constaté de visu l’état de la réalisation des travaux. Le chantier MIAMI, un projet présidentiel phare dans le Grand Port de l’Est, continue son bonhomme de chemin. En dépit des retards dus aux crises sanitaires de 2020- 2022 et surtout à cause de…

A bout portant

AutoDiff