Publié dans Editorial

Intégrité territoriale

Publié le dimanche, 02 juin 2019

Créée le 26 juin 1945 à Yalta, l'ONU s'est fixée quelques objectifs, entre autres, « maintenir la paix et la sécurité dans le monde, garantir les droits fondamentaux des peuples, assurer l'intégrité territoriale de chaque Etat souverain  membre, … ». Le Président malagasy Rajoelina Andry Nirina, en visite officielle en France, n'a pas omis dans son agenda à l'occasion d'un tête-à-tête avec son homologue  français Emmanuel Macron d'évoquer le cas des Iles Eparses. Un sujet à la fois fâcheux et sensible selon le camp où l'on se  trouve. Les Iles Eparses (Bassa da India, Iles Europa,  Iles Glorieuses, Iles Juan de Nova et Ile Tromelin) faisaient partie de la Grande île sous l'appellation « Madagascar et Dépendances » à l'époque coloniale. De ce fait, incluses dans le périmètre maritime de Madagascar, elles font partie intégrante du territoire malagasy.   En 1960, quand Madagascar recouvrit de nouveau son indépendance, la désormais ex-puissance coloniale, l'ancienne mère-patrie, gardait farouchement, et ce, jusqu'à ce jour, les Iles Eparses dans le giron du territoire de la République française.

Tout juste à la veille de la date de l'indépendance, un décret du ministère des Dom-Tom intégrait les Iles Eparses parmi les territoires d'Outre-Mer français. Depuis 1973, lors des négociations entrant dans le cadre du recadrage des accords de coopération entre Madagascar et la France, le camp malagasy réclamait sous la direction du jeune ministre des Affaires étrangères Didier Ratsiraka la restitution de ces précieuses îles à Madagascar. Et à partir de cette date, elles s'érigent en litige compliqué et irrésolu entre les deux parties et deviennent un enjeu de taille dans la relation bilatérale. Didier Ratsiraka fit des Iles Eparses un cheval de bataille de ses engagements. A l'intérieur comme à l'extérieur du pays, il ne cessait de réclamer le retour de ces jouailles de valeur au bercail. A la tribune des Nations unies, infatigable et intarissable, l'Amiral pesait de tout son poids pour que l'Assemblée générale adopte une résolution obligeant la France à rétrocéder les cinq îles à la Grande île. A trois reprises, l'ONU enjoignit la France à se plier aux résolutions de la Communauté internationale. Mais, la grande puissance membre du Conseil de sécurité et dotée d'un droit de veto ne voulait rien savoir ! Elle se moque de la souveraineté de Madagascar sur ces petites îles qui se trouvent concrètement à l'intérieur des zones maritimes de compétence de la République malagasy. Le peuple malagasy n'entend point fléchir sur ce qu'il croit être son droit le plus absolu et clame tout haut que « les Iles Eparses appartiennent à Madagascar ». Raison pour laquelle, le jeune Président Rajoelina qui ne veut être en porte à faux avec l'aspiration profonde de tout un peuple remet sur la table face au Président français Macron ce litige qui a trop duré. C'est une option non négociable en vertu de l'intégrité territoriale de Madagascar. Mais pourquoi cet entêtement de la France? Y a-t-il anguille sous roche ? Sans nul doute, les cinq petites iles regorgent d'immenses richesses naturelles. Ceci explique cela ! La France veut à tout prix avoir la haute main sur l'exploitation de ces importantes réserves. Ainsi, la France n'éprouve aucun souci à  se faire pour fouler aux pieds la souveraineté d'un peuple ni de son intégrité territoriale.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Covid-19 à Madagascar - La guerre est loin d’être gagnée !
  • Education et enseignement - Des solutions pragmatiques en vue
  • Résiliation du bail avec la MBS - Le maire agit au profit de la collectivité
  • Commune urbaine d'Antananarivo - Naina Andriantsitohaina fonce sur l'assainissement
  • Crédibilité au sein de l'opinion publique - La dégringolade de l'Opposition
  • Célébration du 10 août - Occultée par la crise sanitaire
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Arrivée de la seconde livraison
  • Dérogation pour les Malagasy devant poursuivre leurs études à l’extérieur - Précisions supplémentaires du CCO
  • Rapatriement de 1 600 Malagasy - La procédure est enclenchée !
  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables

La Une

Editorial

  • Cette maudite maladie !
    En pleine guerre de 1914-1918, la « grippe espagnole » frappait les pays belligérants. Selon les experts, il s’agissait d’une grippe virulente et mortelle de souche H1N1 qui, partie d’un camp militaire de Funston (Kansas, Etats-Unis) le 3 mars 1918, se répandit à la vitesse de la lumière au reste du monde notamment vers les pays engagés dans la guerre. La grippe espagnole aurait fait 20 millions à 50 millions de morts dans le monde selon les rapports de l’Institut Pasteur. Certaines sources indiquèrent même 100 millions de victimes. Les pays les plus touchés étaient l’Inde (18,5 millions de morts), Chine (de 4 à 9,5 millions), Europe occidentale (2,5 millions) et les Etats-Unis (de 500 000 à 675 000). Dans le passé, on note la recrudescence d’épidémies de grave maladie contagieuse trois à quatre par siècle. De la « grippe espagnole » au nouveau coronavirus de Covid-19, il n’y a…

A bout portant

AutoDiff