Publié dans Editorial

Configuration gagnante !

Publié le mercredi, 03 juillet 2019

La proclamation des résultats officiels et définitifs des législatives du 26 mai 2019 par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) ce mardi 2 juillet à 16 heures tapantes retient toujours le souffle de tout un pays. Attendu impatiemment par tous les acteurs politiques nationaux, le verdict est finalement tombé. Un Arrêt sans appel ou formellement définitif (Tsy azo ivalozana). Aucune autre  Juridiction de la République ne pourra remettre en cause le jugement ou la Décision des Hauts Conseillers d'Ambohidahy.

 

Au vu des scores obtenus par chaque formation politique, les indépendants y compris, la plateforme présidentielle, IRD, avec 84 sièges sur les 151 que comptent l'Assemblée nationale (AN), domine sur toute la ligne la Chambre basse. Le Tiako Madagasikara (TIM), largement distancé par les Indépendants (51 élus), dut se contenter de 16 postes.

Poussé vers la voie de l'opposition, Ravalomanana Marc, le père fondateur du TIM, qui n'avait pas pu faire autrement irait se consoler, le conditionnel est de rigueur, du poste de chef de l'opposition à l'AN à Tsimbazaza. En effet, le conditionnel s'impose car selon des indiscrétions auprès de l'instance dirigeante du parti, Ravalo lorgnerait plutôt le fauteuil doré de la Mairie de la Ville des Mille à Analakely. En tout cas, le TIM a confirmé son appartenance à l'opposition en déposant au ministère de l'Intérieur le dossier y afférent. L'existence d'une opposition officielle contribue à la crédibilité du pouvoir en place. Aux yeux de la Communauté internationale, il s'agit d'une nécessité pour qu'une démocratie puisse fonctionner dans le sens des intérêts du pays. A chacun de jouer franchement et loyalement son jeu. Si tout le monde assume la responsabilité qui  lui est confiée, les vaches seront bien gardées.

Ainsi, l'IRD ou IRMAR (Isika rehetra miaraka amin'i Andry Rajoelina) rafle la mise. Une majorité confortable pour ne pas dire absolue qui conforte l'assise et l'ancrage du régime IEM et conduit le pays vers une stabilité … stable. Le pays a tant souffert de l'ineptie du régime précédent et des égarements des élus de la précédente législature. Mais quelle bourde nos dirigeants HVM nous a fait subir ? Entre autres, nomadisme politique et corruption à grande échelle au sein du système ternirent honteusement l'image de cette Institution censée tenir un rôle de premier plan dans les rouages du pouvoir à l'intérieur de la République.  

Pour en revenir à l'Arrêt irrévocable de la HCC du 2 juillet statuant les résultats définitifs des législatives du 27 mai, faut-il remarquer que Ambohidahy confirme les travaux d'Alarobia. Nous avions eu l'occasion de faire état selon lequel les Hauts Conseillers n'iront pas désavouer les Commissaires nationaux. Il n'est pas question d'insinuer une complicité passive sinon fautive ou tendancieuse entre les deux Instances mais plutôt d'une solidarité active voire positive ou tout simplement technique.

Confirmée dans une position confortable, il appartient à la plateforme IRMAR de prouver la crédibilité et l'intégrité dans l'exercice de son mandat au Parlement. Les élus proches du régime, IRD et indépendants acquis à la cause confondus, doivent faire preuve de loyauté et fidélité à l'égard de celui qui est à l'origine du changement. Il ne s'agit point d'un culte de personnalité mais d'une honnêteté intellectuelle envers le leader.

Une configuration gagnante au Parlement prend place. A nous tous d'assumer chacun nos devoirs.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff