Publié dans Editorial

Et le combat continue !

Publié le jeudi, 18 juillet 2019

Les Barea, version compétions africaines CAN et CHAN ou mondiales, viennent de rehausser la dignité du pays et conforter l’assise de la fierté et l’unité nationale. L’équipe à Faneva Ima franchit le cap de niveau continental jamais atteint jusque-là. Nicolas Dupuis, le chef d’orchestre reconnu et respecté lançait royalement sur orbite le Onze national. La Nation toute entière manifestait sa reconnaissance. Le Chef de l’Etat s’était personnellement investi et cela pour redorer le blason et soutenir le sport notamment le football à Madagascar. Tout compte fait, les 25 millions de Malagasy sont fiers de l’exploit inédit de nos héros. Maintenant, le plus important consiste à poursuivre et redoubler d’efforts car le plus dur et le plus ardu restent encore et toujours à faire. Et le combat continue !
La 10 ème édition des Jeux des îles débute ce jour à l’île Maurice et ne se terminera que le 28 juillet prochain. Madagasikara, la Grande île, en tant que partie prenante et de façon active des iles de l’océan Indien, participera pleinement à ces compétitions sportives. A la différence de la CAN ou du CHAN dont le principal enjeu tourne autour du ballon rond, le sport roi, à l’échelle du Continent africain, les Jeux des îles s’ouvrent à toutes les disciplines sportives et ne touchent que les pays voisins, les îles de l’océan Indien. Pour ainsi dire, l’importance que revêt cette 10 ème édition des Jeux des îles pour Madagasikara n’est plus à démontrer. Madagasikara, le plus grand pays des îles de l’océan Indien, du moins géographiquement parlant, peine à mettre en valeur sa « grandeur » voire sa « puissance ».

Bousculée par certaines îles de taille moyenne sinon petite par rapport à elle, la Grande île ne parvenait pas, durant les précédentes compétitions, à prouver ni à occuper la place qu’elle mérite. La Réunion ou l’île Maurice se taillait de la part du lion et monopolise le rang de leader. Madagascar dut contenter de la 3 ème ou de la 4ème place pour ne pas dire au dernier rang en termes de nombre de médailles. Le secteur du sport a été depuis toujours le dernier des soucis des dirigeants politiques en place. Eternel parent pauvre de presque tous les régimes qui s’étaient succédé, le sport malagasy n’a jamais connu de gloire. Exception faite pour certaines disciplines dont le rugby ou quelques branches seulement de l’athlétisme, le domaine sportif de la Grande île sombrait presqu’à toutes les compétitions internationales. C’est bien loin le temps où l’étoile du sport de Madagasikara brillait dans le ciel continental ou ailleurs. Durant la Transition de 2009-2013, en dépit de l’absence des aides extérieures, les dirigeants de l’époque sous la houlette de Rajoelina faisaient des mains et des pieds pour débarrasser le sport malagasy des malédictions de la déroute ou des échecs. Les Makis, notre 15 national ont réussi à se hisser à la haute marche de l’Afrique. De retour au pouvoir, Rajoelina réédite la volonté d’accompagner les sportifs du pays. Et les résultats sont là : les Barea ! En effet, le combat continue ! Le nouveau régime tente par tous les moyens à relever le défi. Les participants à cette 10 ème édition des Jeux des îles ne diront pas le contraire.

Fil infos

  • Nouvel ordre économique mondial - Le Président Rajoelina appelle les pays à l’action
  • Incitation à la haine et diffamation - L'Administration douanière reste de marbre
  • Ambinaninony Brickaville - La propriété d’une lanceuse d’alerte incendiée
  • ONU Commerce et développement - Début du forum des dirigeants à Genève
  • Elections législatives - La débâcle de l’Opposition 
  • ACTU-BREVES
  • Parti TGV - A la recherche d'un nouveau souffle
  • Actu-brèves
  • Forum des dirigeants mondiaux à Genève - Madagascar placé en première ligne
  • 60ème anniversaire de la CNUCED - Le couple présidentiel attendu à Genève 

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De l’austérité absolue !
    Pour la énième fois, nous revenons à la charge sur la nécessité absolue d’appliquer la gestion budgétaire basée sur une politique sévère d’austérité.Les députés ont voté sans amendement le projet de Loi de Finances rectificative 2024. Deux points majeurs font la une de cette loi des finances votée à savoir, les coupes budgétaires drastiques et les subventions revues à la hausse accordées à la JIRAMA. Au total 272, 32 milliards d’Ar ont été amputés des finances publiques de l’Etat. Des coupes qui permettront au Gouvernement de faire face à d’autres dépenses beaucoup plus urgentes. Ce sont des mesures encourageantes, des initiatives courageuses mais quelque part impopulaires. Certes, elles vont provoquer de sourdes grognes au niveau de certains ministères. Mais, en vertu de l’austérité absolue, il faut le faire. Nous dirions même qu’il fallait oser aller encore plus loin. N’oublions pas que le Président Rajoelina fraîchement élu en 2018, avait décidé…

A bout portant

AutoDiff