Publié dans Editorial

FMF, mal partie ?

Publié le lundi, 09 septembre 2019

Les quinze dirigeants de Ligue qui ont jeté leur dévolu sur le 3ème candidat à l'élection du président de la Fédération malagasy de football (FMF) le 24 août à Ifaty (Toliary) auraient-ils été induits en erreur ? Parmi les cinq candidats retenus par le Comité de normalisation (CDN) dirigé par Atallah Béatrice, Arizaka Rabekoto Raoul Romain, l'ancien Directeur Général de la CNAPS, remporta au deuxième tour le scrutin au détriment de Rasoamaromaka Herilalaniaina dit Hery Be, un opérateur économique de renom, pour 15 voix contre 7.

En fait, Hery Be, un amoureux du ballon rond, très actif et surtout dynamique pour le développement du football malagasy dut s'incliner devant le résultat affiché. Seulement, immédiatement après l'affichage du score et conformément au règlement en vigueur, certains ont contesté la crédibilité dudit résultat et déposé des recours en annulation. Ils dénoncent  des allégations de corruption qui entacheraient le vote. Le scandale aurait, le conditionnel est de rigueur, éclaboussé directement le nouveau président élu, Arizaka Rabekoto. Mais le CDN, n'ayant pas jugé utile d'attendre l'issue des recours, confirmait les résultats de l'élection et déclarait officiellement Arizaka Rabekoto Raoul Romain élu nouveau président de la Fédération malagasy de football. Les formalités de la passation avec le CDN achevées, le successeur d'Ahmad, prend illico les rênes du ballon rond et s'installe à Isoraka. Désolation certaine du côté des « plaignants » ! Une affaire à suivre.

Mais un scandale cache souvent un autre. Au cours du bref entretien avec la presse, comme le veut la tradition, le nouveau président de la FMF Arizaka Rabekoto fit une déclaration pour le moins choquante. Répondant aux questions des journalistes sur le sort à réserver au coach des Barea Nicolas Dupuis, le nouveau président de la FMF n'a pas hésité à répliquer, d'un ton ironique sinon banal encore plus, avec dédain, qu'on va traiter le cas comme les autres « sahala amin'ny rehetra ihany». Du coup, nombreux sont les férus du ballon rond à s'indigner de la désinvolture manifeste avec laquelle le nouveau président aborde le sujet si crucial pour beaucoup sinon pour tous. Sans ambages, il faut l'avouer, qu'il s'agit ni moins ni plus d'une effronterie ou d'une lèse-majesté à l'égard du Chef de l'Etat qui a décidé urbi orbi de recruter sinon de confirmer Nicolas Dupuis en tant que conseiller spécial de la Présidence en matière de football et que son contrat allait être reconduit. Quel culot ! Ce n'est pas du tout de bon augure pour le football malagasy.

Le fameux et légendaire livre du charismatique agronome René Dumont « L'Afrique noire est mal partie », paru en 1962, revient au galop dans l'esprit. Un livre dont la portée survole le temps et se fait vérifier au fil des années. René Dumont dénonce les handicaps majeurs de l'Afrique, à savoir, les corruptions qui s'incrustent, les conséquences désastreuses de la colonisation et qui continuent de sévir même après la décolonisation. Un diagnostic sans complaisance dont les impacts empoisonnent l'avenir du Continent.

La Fédération du football de Madagasikara serait-elle mal partie? Serait-elle victime d'un mauvais départ qui, à terme, le remettrait de nouveau au compteur zéro ! Vivement le verdict des Instances habilitées à trancher aux recours en annulation.

Ndrianaivo

Fil infos

  • MATP - Chasse aux remblais illicite
  • Attachement au principe de souveraineté - Tentative de meurtre médiatique à l’endroit d’Andry Rajoelina
  • Magouilles dans la distribution d'aides sociales - Le Président Andry Rajoelina avertit les chefs de Fokontany
  • « Sosialim - bahoaka » à Antananarivo - Les aides de l'Etat s'enchaînent dans les 6 Arrondissements
  • Remaniement imminent - Qu'un vrai leader soit à la tête du ministère
  • Ministère de la Défense nationale - Mise en garde contre toute désinformation
  • Finance publique - Un cours magistral, signé Rindra Rabarinirinarison
  • Fête du trône du Maroc - Les félicitations du Président malagasy au roi Mohammed VI
  • Crise sanitaire - Des aides sociales pour 200 000 foyers nécessiteux de Tanà
  • Directeur général de l'IMRA - Le CVO a subi le test de toxicité

Editorial

  • Exit, le drapeau blanc !
    Le pays est en guerre ! En plein cinquième mois de bataille, à la dixième quinzaine de confinement, on entre dans une phase de guerre d’usure. Les prévisions de l’OMS ne rassurent guère. La pandémie risquerait de perdurer ! Mais, pas question de jeter l’éponge ! Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry, en sa qualité de chef de guerre, a été clair et net au Palais des Sports à Mahamasina, lors de l’inauguration du nouveau Centre de traitement de la Covid (CTC), quand il a déclaré que « Nous ne hisserons jamais le drapeau blanc ». Il est vrai que le pays fait face à un ennemi invisible et redoutable mais il écarte l’option ou l’hypothèse de courber l’échine ! Et partout dans ses déplacements, Rajoelina ne manque pas d’encourager les « soldats ». Le personnel soignant, la population des Régions contaminées et les responsables étatiques à tous les niveaux…

A bout portant

AutoDiff