Publié dans Editorial

Tartufferie et supercherie !

Publié le dimanche, 27 octobre 2019

La France montre son vrai visage, hypocrite et menteur. De Gaule, Pompidou, Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande ou Macron, du pareil au même. La France d’aujourd’hui demeure la France d’hier, colonialiste, arrogante et provocante. Seuls les vocabulaires changent. Au tout début de la colonisation en 1896, Joseph Simon Gallieni, le premier gouverneur général à Madagasikara écarta sans ménagement la Reine Ranavalona III de son trône et imposa la France. « Il faut franciser les Malgaches », aima-t-il répéter.  

La terre des ancêtres appartient désormais à la France qui se chargera, dit-on, de la mission de civilisatrice et enseignera le savoir et abolira l’esclavage. C’était en ces termes envoûtants que le pacificateur Gallieni amadoua les indigènes. Toutefois, les réalités contredisaient les bonnes paroles. Rien que de la tartufferie et de la supercherie. Les colons débarquèrent à Madagasikara dans le seul but d’accaparer les meilleures terres et d’exploiter les richesses naturelles abondantes malagasy.

La France s’accroche. Devant une mine de trésor, pour la plupart endémique, on ne lâche point. Les immenses richesses du sous-sol et halieutiques attisent les envies.  Les pires massacres des événements de 1947 justifièrent l’ « attachement ».

Malgré les belles paroles à Mahamasina d’octroyer à Madagasikara le retour à la souveraineté nationale, De Gaule cachait mal la volonté de la France à « garder » les Malagasy sous son joug. Sous la pression de l’ONU et les grandes puissances (USA et URSS) après la Seconde Guerre mondiale, De Gaule voulait bien « lâcher » Madagasikara mais la logique de l’ « exploitation sans vergogne » l’emporta. Ainsi, en vertu des fameux « Accords de coopération » entre les deux pays  souverains en 1960, la France gardait toujours la haute main sur tous les domaines stratégiques. Le Gouvernement dirigé par Tsiranana fit figure de marionnette et les ministres n’étaient que de simples figurants ou figurines. Et la cerise sur le gâteau, les Iles Eparses, les « perles » de l’océan Indien faisant partie des « Dépendances » de Madagasikara à l’époque coloniale, restent dans le giron du territoire français. L’Elysée par le truchement de la nébuleuse cellule « France Afrique » menée d’une main de fer par Jacques Foccart télescopait tout.

Tous les dirigeants malagasy de la Deuxième République jusqu’à ce jour réclamèrent la restitution des Iles Eparses aux Malagasy. Le dossier porté devant la tribune des Nations Unies gagna à deux reprises gain de cause. L’Assemblée générale par deux résolutions, 34/91 du 12 septembre 1979 et 35/123 du 11 décembre 1980, « invite » la France à entamer les négociations pour la restitution des Iles Eparses à  Madagasikara.

Mais depuis, la France ignore froidement et se défile d’aborder sérieusement la question. En 2015, Véronique Vouland Aneini, à peine débarquée à Antananarivo en tant que nouvel ambassadeur de France déclarait avec arrogance et indifférence que « les Iles Eparses appartiennent à la France ». Tout récemment, Emmanuel Macron en pleine tournée dans l’océan Indien, claironne chez  la grande Glorieuse « Ici, c’est la France ! ». Mais quel affront !

Au mois de mai, Rajoelina en visite d’Etat à Paris, évoqua le cas des Iles Eparses à son homologue. Et Macron, le sourire aux lèvres, rassura qu’une commission mixte traitera l’affaire.  Au final, ce n’est que tartufferie et supercherie !

Ndrianaivo

Fil infos

  • JIRAMA - Les impayés des fournisseurs s’élèvent à 1 000 milliards d’ariary
  • Etat de droit - « Le système judiciaire est corrompu »
  • Affaire de Vohilava Mananjary - Les raisons du mécontentement de la population
  • Sénatoriales - Le CNOE se plie à la décision de la HCC
  • Situation sanitaire à Madagascar - L’état d’urgence levé, la prudence exigée
  • Arrêt de l’exploitation aurifère à Vohilava - La Société civile exige des sanctions contre la société fautive
  • Association AFF - Fondation - VISEO Ensemble pour un renouveau de l’éducation
  • Décret de convocation du collège électoral - La HCC déboute Rivo Rakotovao et les sénateurs
  • Marc Ravalomanana - Un indécrottable mauvais payeur
  • Vol de marchandises d'1 milliard Ar - Quand la politique entre dans le prétoire…

Editorial

  • Bataille acquise !
    Zéro décès, nombre de contaminés en traitement stationnaire. Le Président Rajoelina est en passe de gagner son pari, son combat. C’est le cas de le dire, il a pris la lutte contre la pandémie de Covid-19 pour « son » combat, défi et pari personnel. Il a de quoi à être fier ! L’Etat met fin à l’état d’urgence sanitaire. Pour un Chef d’Etat, perdre ou gagner la bataille contre la Covid-19 équivaut à perdre ou gagner son combat politique personnel. La mauvaise gestion de la réponse à la pandémie traduit un échec politique d’un dirigeant qui va perdre, de fait, la confiance de son peuple. Le cas risque de se produire quelque part en Amérique en cette veille de l’élection présidentielle du 3 novembre prochain.

A bout portant

AutoDiff