Publié dans Editorial

La fournaise

Publié le vendredi, 01 novembre 2019

La canicule tape fort. Un moment, les températures ont grimpé pour atteindre les pics de 34° ou 35° sur les Hauts plateaux et 40° au Sud. L’atmosphère brûle ! Les gens supportent mal le réchauffement brutal. A Antsirabe, une femme d’une quarantaine d’années succomba. Madagasikara, de sa situation géographique, s’expose frontalement aux aléas climatiques. Les affres regrettables d’El Nino frappent de plein fouet le pays. La planète Terre subit durement les effets pervers du changement climatique. Il y a 17 ans de cela, en 2002, le Président français Jacques Chirac tirait la sonnette d’alarme en déclarant à Johannesburg  lors de l’ouverture du 4è  Sommet de la Terre, « la maison brûle et nous regardons ailleurs ». En effet, nous, les hommes habitants la Terre ainsi que nos dirigeants, sommes insouciants du danger réel qui guette notre planète. A en voir les hausses préoccupantes de température enregistrées ici ou ailleurs et les violents incendies qui se déclarent un peu partout aussi, une désolante impression  se dégage que la Terre brûle ! Au sens propre comme au figuré, le monde s’enflamme. Et on se trouve coincés dans la fournaise. En Afrique, des contestations populaires secouent certains régimes. En Ethiopie, le Premier ministre Abiy Ahmed qui vient de recevoir le Prix Nobel de la Paix fait face à des manifestations violentes à caractère politico-ethno-religieux  ayant coûté à la vie d’au moins 67 personnes. En Guinée (Conakry), les manifestants ne décolèrent pas face à la tentative de Condé de vouloir traficoter la Constitution pour briguer un 3ème mandat. En Guinée-Bissau, le Président en place limoge son PM pour apaiser la tension. Au Tchad, l’atmosphère brûle en vue de l’élection présidentielle car la nouvelle Loi fondamentale interdit à tout candidat de moins de 42 ans de se présenter. Le jeune leader de l’opposition qui n’a que 35 printemps s’insurge. Une foule immense gagnée à sa cause descend dans la rue. Au Proche et Moyen-Orient, la surchauffe politique menace. Au Liban, le PM Saad Hariri fut contraint à démissionner de même en Irak et tout cela des suites des mouvements de contestation populaire sans précédent. L’épineux problème autour des Kurdes et la Turquie embrase de nouveau la région. En Amérique Latine, c’est également la surchauffe. Du Chili en Bolivie, la population monte au créneau et fustige la classe politique sinon le dirigeant en personne. En Europe, la question du « Brexit » continue de diviser et fait tache d’huile. Les attaques terroristes se multiplient. Ce ne sont que des exemples, rien que la partie visible de l’iceberg. En réalité, le monde brûle et vit dans la fournaise. Notre pays n’échappe pas au phénomène. Au propre comme au figuré, ça chauffe ! Les tensions socio-politiques bien entretenues attisent la volonté délibérée des détracteurs à déstabiliser. Ils jubilent  à « contempler » les nouveaux dirigeants, en particulier le numéro Un du pays, se démener au four et au moulin, pour mettre de l’ordre et apporter les solutions appropriées. Evidemment, à cause de la bévue de certains hauts responsables étatiques et en raison de la mauvaise foi de quelques opérateurs économiques, la température politique se chauffe. Le Chef de l’Etat ne rigole point. Non seulement, il tape sur la table mais il punit. Gare aux déclencheurs de la fournaise !

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff