Publié dans Editorial

L’imminence d’une fin !

Publié le jeudi, 21 novembre 2019

Un vieux riche exploitant terrien sentant la mort prochaine fit venir ses enfants (héritiers) et leur dit « travaillez, prenez de la peine c’est le fonds qui manque le moins ». De ses héritiers, il y en a qui ont pris au sérieux l’ultime message du vieux père et ont commencé immédiatement à travailler et faire fructifier le patrimoine sans attendre de disposer entre leurs mains tout l’argent nécessaire, tant mieux ! D’autres, à leurs dépens, ont pris à la légère et snobé le dernier message du vieux père. D’autres encore n’ont rien compris. Ils ne saisissent point les tenants et aboutissants de « l’ultime message ». Ils se trouvent totalement à côté de la plaque. Tant pis pour eux !

 

Marc Ravalomanana arrive en fin de parcours politique. Malgré une farouche volonté d’occuper le devant de la scène, l’ancien Chef d’Etat se trouve obligé de se rendre à l’évidence que sa carrière politique aborde la phase finale. A défaut de confier la gestion de l’avenir du TIM à sa famille politique, ses « héritiers » de droit comme c’est le cas de ce vieil exploitant terrien, Ravalo leur imposa un « autre » héritier d’office. Une jeune recrue qui n’a jamais milité au sein du parti. Le phénomène qui s’était déjà produit lors des communales de 2015 encore dans la Capitale quand il  dicta la candidature de son épouse Lalao, blesse à fond des « anciens » militants en leur crevant une frustration profonde. En effet, le président-fondateur du TIM propulsa ce jeune poulain, la trentaine, au premier rang de la scène politique. Rina Randriamasinoro, il s’agit de lui, va porter l’étendard du TIM aux communales d’Antananarivo. Comme il fallait s’y attendre, des ténors du parti se rebiffent et râlent tout bas. D’autres ont préféré disparaitre de la circulation. Tandis que certains affichèrent publiquement leur désaccord en décidant de se rallier au camp adverse pour soutenir son candidat. La débâcle s’annonce en perspective.

Ravalomanana Marc livre ainsi sa dernière bataille qui sera, à coup sûr, la troisième et dernière défaite. L’élection du maire de la Capitale s’érige en combat direct mais à … distance entre Rajoelina Andry et Ravalomanna Marc. Troisième du genre, l’issue sera fatale pour l’un ou l’autre. A titre de rappel, les deux premières batailles ont vu les déroutes voire la débandade de l’ancien laitier. Zandry kely Rajoelina battit le Zoky be Ravalomanana aux présidentielles de 2018. Remake aux députations de 2019. Le MAPAR rafla la mise au détriment du TIM à l’Assemblée nationale. Et nous voilà aux communales à Antananarivo, le troisième round. En chiens de faïence, Marc et Andry livrent leur dernier combat à… distance. Elire Rina signifie de fait choisir Ravalo et voter Naina se traduit logiquement par opter pour le chemin de changement de Rajoelina et vice-versa, l’échec de Rina n’est autre que la défaite de Ravalo à Tanà. Or, tous les indicateurs au tableau sont en train d’afficher la victoire de Naina. Une probabilité certaine  qui ne fera pas l’ombre d’un doute.

L’imminence d’une fin de parcours se précise à l’horizon. Ne serait-ce que le facteur âge, Ravalomanana ne pourrait plus prétendre s’aligner au starting-block en 2023 encore moins en 2028. A l’âge de 79 ans, les issues seront bouchées.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff