Publié dans Politique

Malagasy bloqués à l’étranger - Reste 700 ressortissants à rapatrier

Publié le lundi, 06 juillet 2020

1254. Selon un décompte du ministère des Affaires étrangères malagasy, au début du mois de juin dernier, ce serait le nombre de ressortissants malagasy bloqués à l’étranger, qui se sont signalés auprès des ambassades malagasy, pour demander à être rapatriés. Avec l’arrivée hier en début d’après-midi à l’aéroport international d’Ivato d’une troisième vague de rapatriement, près de 700 malagasy restent donc encore à rapatrier au pays.  

 

Issus du continent américain (Etats-Unis et Brésil), d’Europe avec la Grande-Bretagne et d’Afrique (Egypte), 213 compatriotes ont en effet regagné leur pays d’origine via un vol de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines. Une organisation a été mise en place par le Centre de commandement opérationnel – Covid-19 et le ministère des Affaires étrangères. A leur arrivée sur le sol malagasy, hier, ces ressortissants ont fait l’objet d’un contrôle sanitaire. Les passagers ont été ensuite embarqués à bord de cars spécialement affrétés en direction des lieux où ils seront respectivement placés en auto-confinement durant les quinze prochains jours. Les 52 membres de l’église mormone de ce vol ont signé une lettre d’engagement d’autoconfinement et iront directement dans un lieu spécialement dédié, selon les précisions du Général Elack Olivier Andriankaja, coordonnateur général du CCO-Covid-19 d’Ivato. Les militaires issus du même vol ont été envoyés à Ampahibe où ils seront confinés. Pareil, un dispositif spécial a été mis en place pour les marins arrivés hier. Le restant des passagers, environ une centaine, seront confinés à la Villa Verte à Ambatomirahavavy.

C’est la troisième vague de malagasy rapatriés depuis le début des opérations du genre. Une première vague de 177 compatriotes ont regagné Antananarivo au début du mois de juin en provenance du Koweït via la compagnie Qatar Airways. Ce premier groupe a été isolé durant deux semaines selon le protocole mis en place. Ces 176 femmes et un enfant ont été bloqués pendant près de deux mois dans ce pays du Golfe pour cause de coronavirus. Ce rapatriement a été permis grâce à la collaboration avec le Koweït. 130 compatriotes malagasy ont été aussi rapatriés depuis l’Ile Maurice le 20 juin dernier. Le Gouvernement malagasy a profité d’un avion affrété par le Gouvernement mauricien, afin de récupérer les ressortissants mauriciens bloqués à Madagascar, pour faire revenir les ressortissants malagasy bloqués dans cette île sœur. Bien que les résultats des tests de dépistage réalisés sur ces compatriotes à leur départ de Maurice se soient avérés négatifs, ils se sont auto-confinés à leur arrivée dans la Grande île. Aucun cas positif n’a été recensé à l’issue de la période de quarantaine, a récemment précisé le ministre des Affaires étrangères.  

Des Malagasy, en Europe et en Asie, attendent aussi leur rapatriement. Ils demandent à ce que le Gouvernement accélère les dispositifs de rapatriement. Au cours d’une récente interview, le ministre des Affaires étrangères rassure en indiquant que l’Etat malagasy n’oublie pas ses ressortissants bloqués à l’extérieur, en Asie ou en Europe, tout en soulignant toutefois que jusqu’ici l’opportunité permettant leur rapatriement ne s’est pas présentée. Dès que l’occasion se présente, l’Etat assure qu’elle se penchera dessus. Outre les 700 ressortissants officiellement recensés, plusieurs autres Malagasy se seraient signalés au niveau des représentations depuis le retour des premiers rapatriés, au début du mois dernier.

La Rédaction

Fil infos

  • Célébration du 10 août - Occultée par la crise sanitaire
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Arrivée de la seconde livraison
  • Dérogation pour les Malagasy devant poursuivre leurs études à l’extérieur - Précisions supplémentaires du CCO
  • Rapatriement de 1 600 Malagasy - La procédure est enclenchée !
  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables
  • Covid-19 à Madagascar - 9.000 contaminés guéris en un mois
  • Site de la MBS à Anosipatrana - La CUA veut reprendre son bien
  • Etat d’urgence sanitaire - Allègement du confinement à Analamanga - Rapatriement des Malagasy bloqués à l’étranger - Ouverture conditionnée de Nosy Be au tourisme international - Plan social pour les employés du secteur privé
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Le Président réceptionne la première livraison à Ivato
  • Collectif des opposants - Un mouvement mort-né !

La Une

Editorial

  • Du bluff à la farce
    De qui se moque-t-on ! Dans ce beau pays qui est le nôtre, on se permet de mener en bateau le peuple. Et cela, sans aucun souci ni respect d’autrui. A Madagasikara, certains acteurs de la vie politique nationale foulent aux pieds les principes de base de l’éthique politique. Coup de bluff ! Les membres du RMDM persistent et signent pour la tenue d’une consultation nationale prévue pour le 10 août. Jusque-là, rien de répréhensible dans la mesure où dans une République respectant le minimum de la démocratie, on ne jette pas des bâtons dans les roues de la liberté de réunion et d’expression. Chaque citoyen jouissant pleinement de ses droits civiques peut librement exprimer son opinion. Ainsi, la liberté de presse, à titre d’exemple, est une chose vécue au quotidien à Madagasikara surtout à l’avènement de ce régime issu des élections libres à partir de 2018.Seulement voilà, dans le…

A bout portant

AutoDiff