Publié dans Politique

Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère

Publié le mardi, 07 juillet 2020


Le déroulement des deux premiers jours de confinement de la Région d’Analamanga permet de tirer la conclusion que la population tananarivienne s’en moque complètement  du danger de mort. La députée élue à Taolagnaro, Zafinandro Perle, appelle la population à respecter les consignes de sécurité sanitaires de l’Exécutif.
La Région d’Analamanga est entrée dans une nouvelle période de confinement de 15 jours. Les mesures ont été renforcées par l’Exécutif pour juguler la propagation du coronavirus dans la société. Mais le constat des deux premiers jours est ahurissant. La population brave la pandémie pour vaquer à ses occupations quotidiennes. L’on constate même que la circulation des personnes et des véhicules s’est accrue.
Dans le centre- ville comme Anosibe, Analakely, Behoririka, Andravoangy, Isotry, 67 ha, ou comme dans les périphéries comme à Ampitatafika, Ambohimanarina, Tanjombato et Andoharanofotsy, l’on observe une forte affluence de la population. Certes, tout le monde porte un masque. Toutefois, la distanciation sociale de 1m n’est pas respectée. Le risque de propagation du virus reste toujours élevé dans cette situation.
Pour la députée Zafinandro Perle Bien Aimée, « Les autorités n’ont pas pris la mesure de confinement de la Région d’Analamanga à la légère ; Il y a une raison fondamentale derrière cette décision, il s’agit de protéger la population malagasy ». Elle ajoute que « Les autorités ont décidé de reprendre dès le début, entre autres l’arrêt de toutes les activités à midi, c’est que le nombre de cas confirmés a augmenté de façon exponentielle ».
Pour cette députée de Madagascar élue dans la circonscription électorale de Taolagnaro, « Il faut suivre les consignes sanitaires comme le respect de la distanciation sociale de 1m, le port de masque ou le lavage des mains ». Elle rappelle que le pays traverse une période difficile et que chaque citoyen doit faire sa part des choses. Les autorités ont également le devoir de protéger la population face toutes sortes de menaces.
La députée a expliqué que « Le confinement aura certainement des conséquences sur la vie des citoyens, notamment les personnes vulnérables ; Il revient aux autorités de prendre les mesures adéquates pour que les citoyens puissent traverser cette période de confinement de 15 jours ». Elle relativise toutefois qu’il ne s’agit pas d’un confinement total. A preuve, le commerce des marchandises essentielles se poursuivent jusqu’à midi.

Fil infos

  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !
  • MATP - Chasse aux remblais illicite
  • Attachement au principe de souveraineté - Tentative de meurtre médiatique à l’endroit d’Andry Rajoelina
  • Magouilles dans la distribution d'aides sociales - Le Président Andry Rajoelina avertit les chefs de Fokontany
  • « Sosialim - bahoaka » à Antananarivo - Les aides de l'Etat s'enchaînent dans les 6 Arrondissements
  • Remaniement imminent - Qu'un vrai leader soit à la tête du ministère
  • Ministère de la Défense nationale - Mise en garde contre toute désinformation
  • Finance publique - Un cours magistral, signé Rindra Rabarinirinarison

La Une

Editorial

  • Bons réflexes
    A la guerre comme à la guerre ! On se défend par tous les moyens. On attaque sans état d’âme. Un seul objectif : la défaite de l’ennemi.Depuis le 20 mars 2020, le pays va en guerre. Etant une île et se gardant l’idée de s’immiscer dans les affaires des autres (Etats), Madagasikara n’est pas censé faire la guerre sauf qu’en cas exprès d’invasion étrangère. Toujours fidèle au sacro-saint principe de Non-alignement et de la Non-immixtion dans les affaires d’autrui, la République de Madagasikara joue la carte de la neutralité. Toutefois, la République Malagasy dispose d’une Armée et se réserve le droit de riposter contre toute attaque de quelque nature que ce soit. Quoi qu’il en soit, l’Armée offre ses compétences pour prêter main-forte en cas de nécessité dans l’intérêt supérieur de la Nation. La guerre que nous menons, en ce moment, est une guerre atypique sinon insolite mais virulente.…

A bout portant

AutoDiff