Publié dans Politique

Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale

Publié le jeudi, 09 juillet 2020

Mise au point. La porte-parole du Gouvernement et non moins ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Andriatongarivo a répondu hier à la polémique autour du détournement d’une somme de 193 millions de dollars de la Banque mondiale vers des paradis fiscaux que certains détracteurs attribuent au régime actuel. Au cours d’une interview en marge de la distribution de CVO à l’Académie nationale des sports à Ampefiloha hier dans la matinée, la porte-parole du Gouvernement a remis les pendules à l’heure.
« L’étude qui fait mention de ces fonds existe bel et bien », explique-t-elle de prime abord, expliquant cependant que les dates durant lesquelles les enquêtes ont été menées par la Banque mondiale sont claires : « Elles se situent entre 1990 et 2010 ». « D’une part donc, ces faits n’ont pas été commis durant l’actuel régime, ni encore durant la période transitoire dans le pays, mais bien avant. Et nous connaissons tous qui ont été à la tête du pays durant ces périodes. Les deux anciens Chefs de l’Etat qui en parlent actuellement sont  les principaux concernés », affirme la porte-parole du Gouvernement en réplique aux accusations portées à l’encontre de l’actuel Exécutif.
Lors de leurs dernières interventions médiatiques respectives, deux anciens Présidents, Marc Ravalomanana et Didier Ratsiraka, ont réclamé la transparence sur la gestion des fonds reçus par Madagascar pour combattre le coronavirus. Ces deux ex-locataires d’Iavoloha ont évoqué l’existence de fonds qui ont été transférés dans les paradis fiscaux.
La lutte contre la corruption, la lutte contre les fraudes financières ainsi que la bonne  gouvernance sont des priorités de l’actuel pouvoir, précise la porte-parole du Gouvernement. Dans ce cadre, l’Etat malagasy affirme sa volonté de collaborer avec la Banque mondiale pour le rapatriement de ces fonds à Madagascar. « Des étapes ont été faites par l’Etat. Des échanges avec la Banque mondiale ont été faits. L’Etat malagasy est prêt à aider cette institution financière à rapatrier ces fonds. Ces 193 pourraient aider la population malagasy à travers la construction d’infrastructures et bien d’autres choses. Il est donc inacceptable que ces fonds soient dans des paradis fiscaux. L’Etat et le Président de la République affirment leur volonté d’aider au rapatriement de ces fonds », précise Lalatiana Andriatongarivo.
La rédaction

Fil infos

  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !
  • MATP - Chasse aux remblais illicite
  • Attachement au principe de souveraineté - Tentative de meurtre médiatique à l’endroit d’Andry Rajoelina
  • Magouilles dans la distribution d'aides sociales - Le Président Andry Rajoelina avertit les chefs de Fokontany
  • « Sosialim - bahoaka » à Antananarivo - Les aides de l'Etat s'enchaînent dans les 6 Arrondissements
  • Remaniement imminent - Qu'un vrai leader soit à la tête du ministère
  • Ministère de la Défense nationale - Mise en garde contre toute désinformation
  • Finance publique - Un cours magistral, signé Rindra Rabarinirinarison

La Une

Editorial

  • Bons réflexes
    A la guerre comme à la guerre ! On se défend par tous les moyens. On attaque sans état d’âme. Un seul objectif : la défaite de l’ennemi.Depuis le 20 mars 2020, le pays va en guerre. Etant une île et se gardant l’idée de s’immiscer dans les affaires des autres (Etats), Madagasikara n’est pas censé faire la guerre sauf qu’en cas exprès d’invasion étrangère. Toujours fidèle au sacro-saint principe de Non-alignement et de la Non-immixtion dans les affaires d’autrui, la République de Madagasikara joue la carte de la neutralité. Toutefois, la République Malagasy dispose d’une Armée et se réserve le droit de riposter contre toute attaque de quelque nature que ce soit. Quoi qu’il en soit, l’Armée offre ses compétences pour prêter main-forte en cas de nécessité dans l’intérêt supérieur de la Nation. La guerre que nous menons, en ce moment, est une guerre atypique sinon insolite mais virulente.…

A bout portant

AutoDiff