Publié dans Politique

Haute Cour constitutionnelle - Suspension d'activités

Publié le lundi, 27 juillet 2020

Aucune précision n'a été fournie sur la façon dont les membres de la Haute Cour constitutionnelle (HCC) procèdent au contrôle de constitutionnalité des lois adoptées par le Parlement lors de la première session ordinaire qui s'est terminée le 22 juin. Par la décision prise le 14 juillet, la Cour a toutefois déclaré la conformité à la Constitution de la loi 2020-010 relative à la Loi de finances rectificative pour l'année en cours.

 

Trois jours plus tard, l'équipe de Jean Eric Rakotoarisoa a publié un communiqué annonçant la fermeture temporaire

du Palais d'Ambohidahy compte tenu de l'avancée du coronavirus. « Devant la gravité de la propagation de la Covid-19 et en vue de préserver la santé de l'ensemble du personnel, toute activité au sein de la HCC est suspendue. En cas d'urgence et absolue nécessité, les agents concernés peuvent être appelés à rejoindre exceptionnellement et temporairement leur poste pour le traitement du dossier concerné », dit le communiqué.

« L'accès au site de la HCC est strictement interdit à toute personne étrangère. Le courrier doit être réceptionné au niveau du poste de garde et faire l'objet de désinfection avant transmission. Depuis le début de la crise sanitaire, le principe de précaution a toujours été appliqué au niveau de la Cour. Les mesures sont adaptées au fur et à mesure de l'évolution de la situation », ajoute la source.

La HCC reste, jusqu'à preuve du contraire, la seule institution de la République non encore touchée par le virus contrairement aux deux Chambres du Parlement qui ont compté des victimes et au pouvoir Exécutif dont des hauts responsables de certains ministères sont contaminés. La fermeture temporaire du Palais d'Ambohidahy s'aligne sur les mesures prises ailleurs pour mettre le personnel à l'abri du risque.

La dernière fois où l'on a entendu prononcer le nom du président de la HCC était avant samedi soir où, à l'instar de la présidente de l'Assemblée nationale Christine Razanamahasoa et du président du Sénat Rivo Rakotovao, il était consulté par le Premier ministre Christian Ntsay avant de décréter pour la huitième fois la prolongation de 15 jours de la période d'état d'urgence sanitaire sur toute l'étendue du territoire.

M.R.

Fil infos

  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation
  • Sénatoriales - La liste IRMAR lance sa campagne
  • Projet Ambatovy - Production de 3000 tonnes de nickel au cours du premier trimestre 2021

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff