Publié dans Politique

Haute Cour constitutionnelle - Suspension d'activités

Publié le lundi, 27 juillet 2020

Aucune précision n'a été fournie sur la façon dont les membres de la Haute Cour constitutionnelle (HCC) procèdent au contrôle de constitutionnalité des lois adoptées par le Parlement lors de la première session ordinaire qui s'est terminée le 22 juin. Par la décision prise le 14 juillet, la Cour a toutefois déclaré la conformité à la Constitution de la loi 2020-010 relative à la Loi de finances rectificative pour l'année en cours.

 

Trois jours plus tard, l'équipe de Jean Eric Rakotoarisoa a publié un communiqué annonçant la fermeture temporaire

du Palais d'Ambohidahy compte tenu de l'avancée du coronavirus. « Devant la gravité de la propagation de la Covid-19 et en vue de préserver la santé de l'ensemble du personnel, toute activité au sein de la HCC est suspendue. En cas d'urgence et absolue nécessité, les agents concernés peuvent être appelés à rejoindre exceptionnellement et temporairement leur poste pour le traitement du dossier concerné », dit le communiqué.

« L'accès au site de la HCC est strictement interdit à toute personne étrangère. Le courrier doit être réceptionné au niveau du poste de garde et faire l'objet de désinfection avant transmission. Depuis le début de la crise sanitaire, le principe de précaution a toujours été appliqué au niveau de la Cour. Les mesures sont adaptées au fur et à mesure de l'évolution de la situation », ajoute la source.

La HCC reste, jusqu'à preuve du contraire, la seule institution de la République non encore touchée par le virus contrairement aux deux Chambres du Parlement qui ont compté des victimes et au pouvoir Exécutif dont des hauts responsables de certains ministères sont contaminés. La fermeture temporaire du Palais d'Ambohidahy s'aligne sur les mesures prises ailleurs pour mettre le personnel à l'abri du risque.

La dernière fois où l'on a entendu prononcer le nom du président de la HCC était avant samedi soir où, à l'instar de la présidente de l'Assemblée nationale Christine Razanamahasoa et du président du Sénat Rivo Rakotovao, il était consulté par le Premier ministre Christian Ntsay avant de décréter pour la huitième fois la prolongation de 15 jours de la période d'état d'urgence sanitaire sur toute l'étendue du territoire.

M.R.

Fil infos

  • Célébration du 10 août - Occultée par la crise sanitaire
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Arrivée de la seconde livraison
  • Dérogation pour les Malagasy devant poursuivre leurs études à l’extérieur - Précisions supplémentaires du CCO
  • Rapatriement de 1 600 Malagasy - La procédure est enclenchée !
  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables
  • Covid-19 à Madagascar - 9.000 contaminés guéris en un mois
  • Site de la MBS à Anosipatrana - La CUA veut reprendre son bien
  • Etat d’urgence sanitaire - Allègement du confinement à Analamanga - Rapatriement des Malagasy bloqués à l’étranger - Ouverture conditionnée de Nosy Be au tourisme international - Plan social pour les employés du secteur privé
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Le Président réceptionne la première livraison à Ivato
  • Collectif des opposants - Un mouvement mort-né !

La Une

Editorial

  • Du bluff à la farce
    De qui se moque-t-on ! Dans ce beau pays qui est le nôtre, on se permet de mener en bateau le peuple. Et cela, sans aucun souci ni respect d’autrui. A Madagasikara, certains acteurs de la vie politique nationale foulent aux pieds les principes de base de l’éthique politique. Coup de bluff ! Les membres du RMDM persistent et signent pour la tenue d’une consultation nationale prévue pour le 10 août. Jusque-là, rien de répréhensible dans la mesure où dans une République respectant le minimum de la démocratie, on ne jette pas des bâtons dans les roues de la liberté de réunion et d’expression. Chaque citoyen jouissant pleinement de ses droits civiques peut librement exprimer son opinion. Ainsi, la liberté de presse, à titre d’exemple, est une chose vécue au quotidien à Madagasikara surtout à l’avènement de ce régime issu des élections libres à partir de 2018.Seulement voilà, dans le…

A bout portant

AutoDiff