Publié dans Politique

Création d’une 23ème Région dans le Sud – Est - Des notables locaux appellent à l’unité

Publié le lundi, 14 septembre 2020

La rencontre entre le Président Andry Rajoelina et les « Ampanjaka » de la Région Vatovavy Fitovinany marque une nouvelle étape dans la perspective de création d’une 23ème Région grâce à la scission de la Région Vatovavy Fitovinany en deux Régions indépendantes. Un projet qui est déjà en cours de concrétisation. Comme à chaque prise de décision importante, ce nouveau découpage territorial qui marque le tournant dans la politique de développement local fait débat. Des prises de position divergentes continuent de se faire entendre. Ainsi, des notables locaux à l’appellation de « Ndrenony» issus d’Ikongo se sont exprimés à ce sujet dans une déclaration diffusée, en fin de semaine, sur les ondes de la Radio nationale. D’emblée, ils ont salué l’initiative présidentielle en vue de la création de cette nouvelle région. Selon eux, les différences de point de vue ne devraient, en aucun cas, être un obstacle au développement de cette partie Sud – Est du pays. Ils ont adressé des « tso – drano » à l’endroit de leurs concitoyens de Mananjary et Nosy Varika qui formeront, entre autres, la nouvelle Région de Fitovinany.
Ils n’ont pas manqué d’appeler à l’unité et laisser de côté toutes formes de divergence afin de soutenir d’une même voix cette décision présidentielle qui découle d’une revendication de la population dans cette partie de la Grande île. Parallèlement, une rencontre organisée par des membres du conseil pour le « fampihavanana malagasy » (CFM) à Manakara a créé l’adhésion des leaders religieux, de ceux traditionnels et des politiciens sur la mise en place de cette nouvelle Région.
Promesse présidentielle
La création d’une 23ème Région figure parmi les promesses de campagne du Président Andry Rajoelina. Une promesse d’une importance capitale puisqu’évoquée dans son discours à l’occasion de la cérémonie d’investiture à Mahamasina le 19 janvier 2019. La semaine dernière, le Président de la République a reçu une délégation composée des « Ampanjaka », des chefs traditionnels, ainsi que des élus locaux issus des Districts qui forment la Région Vatovavy Fitovinany. Ces notables ont ainsi rapportés les attentes de la population locale. De son côté, le Chef de l’Etat a procédé à une consultation inclusive de tous les avis sur la question.
Dans sa forme actuelle, la Région Vatovavy Fitovinany est composée de 6 Districts à savoir Ifanadiana, Ikongo, Manakara, Mananjary, Nosy Varika, et Vohipeno. Dans sa forme scindée, la Région Vatovavy devra être composée des Districts de Nosy Varika, Ifanadiana et Mananjary tandis que Fitovinany regroupera Ikongo, Manakara et Vohipeno. Avec une telle organisation, chaque Région aspire ainsi à un développement véritable ainsi qu’une décentralisation effective.
La Rédaction

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff