Publié dans Politique

Pension de retraite pour les députés - Razanamahasoa Christine précise

Publié le mardi, 27 octobre 2020

La présidente de l’Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa a apporté hier des précisions sur la proposition de loi du député Rémi qui prévoirait notamment une pension de retraite pour les parlementaires. Une initiative parlementaire qui avait suscité une polémique auprès de la population ces derniers temps. En marge d’une rencontre avec une délégation du Système des Nations unies et de l’Union africaine dans ses bureaux à Tsimbazaza, la présidente de l’Assemblée nationale a tenu à arrondir les angles face à ce sujet. Christine Razanamahasoa précise par exemple que la proposition tendant vers la création d’une pension de retraite date de la précédente législature mais que la procédure d’adoption du texte s’est terminée en queue de poisson.

Elle précise que rien cependant n’interdit qu’une nouvelle procédure soit initiée et c’est ce qui se passe actuellement. Sur le fond, la tenante du perchoir de la Chambre basse du Parlement souligne que le système social dans certains pays étrangers permet que les élus bénéficient d’une retraite, ce qui n’est pas forcément le cas à Madagascar. Et elle de poursuivre ainsi en indiquant que l’argent que toucheraient les parlementaires pourrait porter un autre nom que pension de retraite ; pourrait être versé non pas tous les mois, ou tous les trois mois, mais de manière symbolique ; et pourrait par exemple prendre la forme d’un pécule de fin de mandat. 

La présidente de l’Assemblée nationale a également apporté son point de vue sur certains autres sujets d’actualité au niveau du Parlement. Sur les rumeurs de destitution du Bureau permanent de l’Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa affiche sa confiance envers les députés. « Tout le monde ne peut avoir le même avis. Cependant, j’affirme qu’au niveau de l’Assemblée nationale, 80 ou 90% des députés soutiennent l’actuelle composition du Bureau permanent et surtout la présidente de l’Assemblée nationale », dit-elle. Christine Razanamahasoa a fait preuve de fermeté lorsqu’elle a abordé la situation au niveau du Sénat dont les moyens financiers ont été réduits par le ministère des Finances et du Budget. Elle estime ainsi que les élus doivent faire passer l’intérêt de la population devant des questions d’ordre financier. « Au niveau de l’Assemblée nationale, nous ne nous permettrions jamais de faire cela car ce serait égoïste de notre part », affirme la députée élue dans le District d’Ambatofinandrahana. Notons que la PAN a reçu dans ses bureaux au siège de la Chambre basse à Tsimbazaza, une délégation du Système des Nations unies dirigée par le coordonnateur résident Charlotte Faty Ndiyae et de l’Union africaine. La création du réseau de femmes leaders africaines a été discutée durant cette rencontre, selon le numéro Un de l’Assemblée nationale. Ce réseau permettra de renforcer les échanges d’expériences et de consolider le rôle et la contribution des femmes dans divers domaines socio-politiques. 

La rédaction

Fil infos

  • Déplacement du Président dans le Vakinankaratra - Soutien au secteur agricole et à la lutte anti – Covid-19
  • Parlementaires - Volume de travail augmenté
  • Lutte contre la Covid-19 - Madagascar mise sur une vaccination ciblée
  • Lalatiana Andriatongarivo - Appel à la responsabilisation accrue des journalistes
  • Crise sanitaire - Prolongation de l'état d'urgence - Fermeture de trois autres Régions avec Analamanga, Atsinanana et SAVA - Réouverture de Boeny et Nosy Be - Reprise des cours pour les élèves en classe d'examen
  • Liberté de la presse à Madagascar - Un grand saut qualitatif mais…
  • Sénat - Des dons pour le personnel de santé et les patients
  • Vaccins anti-Covid - Que cela soit facultatif et non obligatoire !
  • Haute Cour constitutionnelle - Florent Rakotoarisoa élu président à l’unanimité
  • Exploitation de béryl à Amparafaravola - Suspendue depuis mercredi

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • « Rends à César… ! »
    « Rends à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ! » En retour à une question « Maitre, doit-on payer des impôts et des taxes à César ? » On ne s’attendait guère à ce que le maître Jésus allait répondre ainsi. Une douche froide ! Les Juifs, étant sujets de l’empire romain, croulaient au même titre que les autres sous le poids des impôts et des taxes divers exorbitants que le tyran de Rome prélevait. Ainsi, ils espéraient avoir à travers la réponse de Jésusun signe de compassion ou plutôt une incitation à la désobéissance à l’autorité de l’empereur. Négatif, il faut rendre à César ce qu’on lui doit !Au-delà du débat inédit du dimanche (2 mai 2021), force est de reconnaitre que les tenants du régime se sont pliés en quatre et cela pour le besoin de la transparence, de…

A bout portant

AutoDiff