Publié dans Politique

Pension de retraite pour les députés - Razanamahasoa Christine précise

Publié le mardi, 27 octobre 2020

La présidente de l’Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa a apporté hier des précisions sur la proposition de loi du député Rémi qui prévoirait notamment une pension de retraite pour les parlementaires. Une initiative parlementaire qui avait suscité une polémique auprès de la population ces derniers temps. En marge d’une rencontre avec une délégation du Système des Nations unies et de l’Union africaine dans ses bureaux à Tsimbazaza, la présidente de l’Assemblée nationale a tenu à arrondir les angles face à ce sujet. Christine Razanamahasoa précise par exemple que la proposition tendant vers la création d’une pension de retraite date de la précédente législature mais que la procédure d’adoption du texte s’est terminée en queue de poisson.

Elle précise que rien cependant n’interdit qu’une nouvelle procédure soit initiée et c’est ce qui se passe actuellement. Sur le fond, la tenante du perchoir de la Chambre basse du Parlement souligne que le système social dans certains pays étrangers permet que les élus bénéficient d’une retraite, ce qui n’est pas forcément le cas à Madagascar. Et elle de poursuivre ainsi en indiquant que l’argent que toucheraient les parlementaires pourrait porter un autre nom que pension de retraite ; pourrait être versé non pas tous les mois, ou tous les trois mois, mais de manière symbolique ; et pourrait par exemple prendre la forme d’un pécule de fin de mandat. 

La présidente de l’Assemblée nationale a également apporté son point de vue sur certains autres sujets d’actualité au niveau du Parlement. Sur les rumeurs de destitution du Bureau permanent de l’Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa affiche sa confiance envers les députés. « Tout le monde ne peut avoir le même avis. Cependant, j’affirme qu’au niveau de l’Assemblée nationale, 80 ou 90% des députés soutiennent l’actuelle composition du Bureau permanent et surtout la présidente de l’Assemblée nationale », dit-elle. Christine Razanamahasoa a fait preuve de fermeté lorsqu’elle a abordé la situation au niveau du Sénat dont les moyens financiers ont été réduits par le ministère des Finances et du Budget. Elle estime ainsi que les élus doivent faire passer l’intérêt de la population devant des questions d’ordre financier. « Au niveau de l’Assemblée nationale, nous ne nous permettrions jamais de faire cela car ce serait égoïste de notre part », affirme la députée élue dans le District d’Ambatofinandrahana. Notons que la PAN a reçu dans ses bureaux au siège de la Chambre basse à Tsimbazaza, une délégation du Système des Nations unies dirigée par le coordonnateur résident Charlotte Faty Ndiyae et de l’Union africaine. La création du réseau de femmes leaders africaines a été discutée durant cette rencontre, selon le numéro Un de l’Assemblée nationale. Ce réseau permettra de renforcer les échanges d’expériences et de consolider le rôle et la contribution des femmes dans divers domaines socio-politiques. 

La rédaction

Fil infos

  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation
  • Sénatoriales - La liste IRMAR lance sa campagne
  • Projet Ambatovy - Production de 3000 tonnes de nickel au cours du premier trimestre 2021

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff