Publié dans Politique

Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara

Publié le lundi, 23 novembre 2020


Le cinquième décès a été déclaré samedi dernier au CSB I de Marovoay Gara, dans la Commune rurale de Morarano Gara (MLA), District de Moramanga. La veille, une équipe conduite par le médecin-chef de Moramanga avec des responsables communaux est descendue à Sakalava, à une dizaine de kilomètres à l’est de la nationale 44.
Jeudi, un homme âgé de 28 ans, résident de Sahamarolambo, une localité difficile d’accès dans le corridor forestier de l’est, a trouvé la mort des suites d’une infection à la peste bubonique. « Il était testé positif », affirme un responsable du CSB II de Morarano Gara où la victime était transportée d’urgence. Le cadre était enterré au lieudit Antanambaokely en présence de l’autorité sanitaire et des représentants de l’administration publique.
Le drame a commencé le 11 novembre où un garçon était mort des suites d’une infection inconnue par les habitants de Sahamarolambo eux-mêmes. Durant et après les funérailles, les occupants de la maison où se déroulaient les obsèques sentaient de fortes odeurs provenant des trous. Après vérification, 27 cadavres de rats étaient trouvés dans la pièce. Trois jours après le décès de l’enfant, sa grand-mère aussi était morte. Plus tard, une belle-fille et un neveu ont connu le même sort. Le décès signalé samedi a clôturé la série noire.
Toutes les personnes en contact direct avec les cadavres et les gens qui étaient présents aux veillées mortuaires ont déjà reçu les doses de traitement à la peste bubonique. Le maire de la Commune rurale de Morarano Gara, pour sa part, a sorti une note non datée invitant tout un chacun à se conformer aux mesures sanitaires qui s’imposent et à renforcer les gestes barrières.
Un membre de la communauté de base de Sahamarolambo a dit que le défrichement suivi de la mise à feu des terrains ainsi traités était à son paroxysme dans les environs immédiats. Ceci pouvait avoir un lien direct avec la résurgence de la peste dans la localité qui, jadis, faisait partie des zones fortement pesteuses de l’île. L’événement est comme une ironie du sort. La Commune de Morarano Gara est un bon élève de la lutte contre la défécation à l’air libre. Une fête dans ce sens était célébrée le 3 octobre dernier.
M.R.

Fil infos

  • Vie politique - Le Malagasy Miara-Miainga en plein essor
  • Pression au sein de l’Exécutif - Mise à l’épreuve prolongée pour le Gouvernement Ntsay
  • Sénat - Imbiki Herilaza et Nicolas Rabemananjara, vice-présidents
  • Nombre excessif de collaborateurs - La HCC recadre les nouveaux sénateurs
  • Opposition au Sénat - « Une disposition illogique »
  • Contrat de location auprès de la compagnie STA - Démenti du ministère de l’Economie et des Finances
  • Etats – Unis - Investiture sous haute protection pour le Président Joe Biden
  • Campagne de reboisement 2021 - 75 000 hectares à couvrir d’arbres !
  • Chambre haute du Parlement - Razafimahefa Herimanana, élu président du Sénat
  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit de fidélité
    L’état d’esprit, c’est la base de tout. Avoir un état d’esprit intègre, c’est mieux. Mais savoir entretenir, en soi, un esprit de fidélité, c’est excellent ! En ces temps-ci, il est très rare de rencontrer quelqu’un de fidèle surtout au niveau des dirigeants ou des leaders. La noblesse d’esprit basée surtout sur la fidélité se fait très rare voire introuvable. Le déclin de la mentalité sociale se fait sentir et se constate à vue d’œil. Il résulte de l’absence totale de l’esprit de fidélité dans les relations entre humains (entre amis, entre époux, entre dirigeants et administrés, etc.). Etre fidèle à son principe, à sa promesse ou à ses engagements devient, par la force du temps, chose obsolète ou révolue ! On a honte, parfois, d’être fidèle. La trahison sinon la traitrise ou la félonie règnent dans notre société, dans le pays. Trahir devient chose courante, une mode, une tendance …

A bout portant

AutoDiff