Publié dans Politique

Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

Publié le mercredi, 25 novembre 2020


A l’approche de la fin d’année, le régime en place fait face à de multiples problèmes d’ordre socio – économique. D’abord, la hausse du prix du riz qui suscite la grogne générale des consommateurs en ce moment. L’annonce d’un nouvel arrivage de riz importé au port de Toamasina devrait calmer la situation. Néanmoins, l’on s’attend à ce que les mesures de suivi sur le marché soient rigoureusement appliquées par le ministère du Commerce. En effet, la période des fêtes constitue, le plus souvent, une occasion pour certains commerçants de réviser les prix de leurs marchandises à la hausse et ce au grand détriment des consommateurs.
Par ailleurs, il y a également les nombreuses doléances des citoyens liées aux coupures d’eau et d’électricité. Ces dernières semaines, par une seule journée ne passe sans que le fil d’actualité sur les réseaux sociaux ne soit inondé de protestations d’internautes sur les problèmes d’eau et d’électricité. Coupures inexpliquées, perturbation dans l’organisation des relevés de consommation, la liste des anomalies et défaillance de services est longue. Face à autant de polémiques, la société JIRAMA est de nouveau mise sur la sellette par les usagers.
Sècheresse en pleine ville
Les coupures d’eau sont désormais devenues le lot quotidien des habitants de la Capitale et ses périphéries comme à Itaosy où les riverains sont contraints d’adapter les heures de disponibilité de l’eau potable à leur emploi du temps journalier. Se réveiller à deux heures du matin pour espérer obtenir quelques bidons d’eau est malheureusement devenu une habitude bien qu’anormale. Le même calvaire affecte également les autres grandes villes comme c’est le cas pour la ville de Fianarantsoa. La capitale de la Haute Matsiatra est privée d’eau à partir de ce jour. Pour cause, le lac d’Antarambiby, source d’eau potable pour la ville est complètement à sec. Le retard des pluies n’est pas pour arranger la situation pour les Hautes terres et les autres régions agricoles.
Le fléau de l’insécurité qui fait rage dans plusieurs parties de l’île rajoute aussi une nouvelle couche d’inquiétude aux multiples préoccupations quotidiennes des familles qui vivent aussi bien en milieu rural que celui urbain. Certes, les éléments des Forces de l’ordre ont déjà lancé des opérations de sécurisation, mais certaines zones demeurent encore des lieux de repaire pour les bandits coriaces.
Régler tous ces problèmes apparaît donc plus qu’urgent puisque, à la longue, cela risque de provoquer une grande frustration des citoyens.

La Rédaction

Fil infos

  • Vie politique - Le Malagasy Miara-Miainga en plein essor
  • Pression au sein de l’Exécutif - Mise à l’épreuve prolongée pour le Gouvernement Ntsay
  • Sénat - Imbiki Herilaza et Nicolas Rabemananjara, vice-présidents
  • Nombre excessif de collaborateurs - La HCC recadre les nouveaux sénateurs
  • Opposition au Sénat - « Une disposition illogique »
  • Contrat de location auprès de la compagnie STA - Démenti du ministère de l’Economie et des Finances
  • Etats – Unis - Investiture sous haute protection pour le Président Joe Biden
  • Campagne de reboisement 2021 - 75 000 hectares à couvrir d’arbres !
  • Chambre haute du Parlement - Razafimahefa Herimanana, élu président du Sénat
  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit de fidélité
    L’état d’esprit, c’est la base de tout. Avoir un état d’esprit intègre, c’est mieux. Mais savoir entretenir, en soi, un esprit de fidélité, c’est excellent ! En ces temps-ci, il est très rare de rencontrer quelqu’un de fidèle surtout au niveau des dirigeants ou des leaders. La noblesse d’esprit basée surtout sur la fidélité se fait très rare voire introuvable. Le déclin de la mentalité sociale se fait sentir et se constate à vue d’œil. Il résulte de l’absence totale de l’esprit de fidélité dans les relations entre humains (entre amis, entre époux, entre dirigeants et administrés, etc.). Etre fidèle à son principe, à sa promesse ou à ses engagements devient, par la force du temps, chose obsolète ou révolue ! On a honte, parfois, d’être fidèle. La trahison sinon la traitrise ou la félonie règnent dans notre société, dans le pays. Trahir devient chose courante, une mode, une tendance …

A bout portant

AutoDiff