Publié dans Politique

Tests Covid-19 - Attention aux faux négatifs !

Publié le mardi, 02 mars 2021


 La période de prélèvement effectué à une personne suspecte d’être porteuse du Sars Cov-2 associé à la Covid-19 demeure très importante. Un test réalisé trop tôt peut délivrer des résultats négatifs, car la charge virale est trop faible. Si c’est trop tard, le virus pourrait disparaitre. Des explications apportées par le Professeur Zely Arivelo Randriamanantany, Directeur général des fournitures de soins auprès du ministère de la Santé publique répondant aux questions posées autour de la crédibilité des dépistages Covid-19 à Madagascar.  « Il existe un risque élevé de faux négatifs. Lorsqu’un test PCR est réalisé trop tard, le virus ne peut plus être détecté à partir d’un prélèvement. C’est parce que la présence du virus dans l’organisme ne dure que 7 à 10 jours», a-t-il précisé.
Rappelons-nous qu’une source à Nosy-Be nous a affirmé la semaine dernière que des individus, avec une persistance de symptômes très évocateurs, ont obtenu à trois reprises des résultats de test PCR négatifs. Heureusement, leurs médecins traitants leur ont prescrit les médicaments sans être déclarés positifs afin d’éviter la contamination à d’autres personnes.
Toujours dans son intervention, ledit professeur a insisté que tout se base sur la suspicion clinique. Ce qui fait que l’infection par le Sars-Cov-2 ne doit pas être exclue sur la base d’un test PCR négatif. Les médecins doivent opter immédiatement au traitement adapté. C’est la complication c’est-à-dire la difficulté respiratoire qui demeure mortelle. C’est pour dire aussi que ce n’est pas le virus qui représente un réel danger mais la capacité de l’organisme à le combattre.
A Madagascar, le test PCR sur prélèvement au niveau nasal demeure la référence dans le dépistage et le diagnostic de la Covid-19. En outre, d’autres analyses sont aussi efficaces même à quelques dimensions inférieures. Le test de diagnostic rapide (TDR) à détection des antigènes rivalise par exemple le test PCR. Cependant, il est moins sensible en détectant moins les sécrétions du virus. A cela s’ajoute le TDR des anticorps. Il faut quand même retenir que ces analyses représentent une complémentarité à ne pas minimiser.
K.R.

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff