Publié dans Politique

8 mars - Madagascar honore toujours ses femmes

Publié le dimanche, 07 mars 2021

Journée internationale de la femme. C'est ce que le monde entier célèbre ce jour suite à la résolution de l'Organisation des Nations unies (ONU) de décréter le 8 mars. Les droits de la femme, Madagascar n'a rien à envier des autres pays membres de cette organisation et notamment du continent africain. La Grande île n'a pas attendu cette recommandation faite par l'ONU en 1977ou encore moins la première manifestation des femmes socialistes en 1914 pour donner leur place aux femmes malagasy. De ce côté, Madagascar a une certaine avance sur les pays de l'Afrique et certaines Nations des autres continents.

 

Au temps de la royauté, des reines se sont succédé sur le trône pour diriger le royaume de Madagascar dont la dernière, partie en exil, n'était autre que Ranavalona III. La France, pays colonisateur, se trouvait dans l'obligation de l'exiler à l'île de la Réunion et en Algérie, car elle avait encore une aura intacte auprès de ses sujets. Preuve d'une considération des femmes par les Malagasy bien avant l'arrivée de la colonisation et du système moderne de l'administration qu'est la République.

Absente du pouvoir exécutif durant la période de la colonisation et de la Première République, la gent féminine a retrouvé peu à peu sa place. C'est en 1977 sous le régime socialiste qu'une femme fut nommée membre du Gouvernement en l'occurrence Gisèle Rabesahala. Militante pour l'indépendance de Madagascar et membre du parti politique AKFM, elle est la première femme malagasy ministre depuis le retour de la souveraineté nationale en 1960. D'autres femmes furent désignées à ce poste ministériel par la suite et au fur et à mesure de la succession des régimes, de la seconde à la 4e République, le nombre des descendantes d'Eve à faire partie du Gouvernement n'a cessé d'augmenter.  Mieux, il fut un temps, même de très courte durée, le fauteuil du Premier ministre était occupé par une femme à savoir Cécile Manorohanta, sœur de l'actuel chef du Gouvernement,  Ntsay Christian. Bien que son passage au Palais de Mahazoarivo soit éphémère, elle est inscrite dans l'histoire de Madagascar comme étant la première femme Premier ministre malagasy, du 18 au 20 décembre 2009. C'est durant la période de transition.  A l'heure actuelle, huit femmes composent le Gouvernement Ntsay Christian et dirigent des départements ministériels.

A part ces femmes ministres, d'autres occupent des hautes fonctions de l'Etat à l'instar de la présidence de l'Assemblée nationale, une des institutions de la République malagasy dans laquelle les femmes sont représentées par 28 députées dont la présidente Christine Razanamahasoa. Au niveau du Sénat, deux femmes y siègent. Outre ces postes de hauts fonctionnaires, des fonctions stratégiques au sein de la Présidence de la République ou autres institutions sont assurées par des femmes. La direction du cabinet civil de la Présidence est confiée à Lovahasinirina Ranoromaro par exemple.

Des femmes malagasy ont fait parler également d'elles en embrassant dans leur époque des métiers réservés aux hommes. C'est le cas par exemple en travaux publics où la première femme africaine ingénieure est une Malagasy, Bao Razafindrakotohasina Andriamanjato, et en architecture, Rakotomavo Henriette était la première femme africaine francophone architecte…

La rédaction

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff