Publié dans Politique

Marc Ravalomanana - Enième lamentation auprès de la communauté

Publié le mardi, 08 juin 2021


Après l’épisode d’Ambohimanga et la mise au point de la Gendarmerie nationale, Marc Ravalomanana se lamente de nouveau auprès de la communauté internationale. Il se dit victime de terrorisme de l’Etat et demande à la Gendarmerie nationale de revoir ses copies concernant notamment les privilèges octroyés à un ancien Président de la République. Dimanche dernier, le cortège du Président démissionnaire en 2009 a fait fi des barrages de contrôle de la Gendarmerie sur la RN 3 et au retour, les gendarmes se sont avérés intransigeants en donnant l’ordre à la caravane de s’arrêter. C’est cet incident minime que Marc Ravalomanana a qualifié d’entrave à sa liberté de circuler. D’où son énième lamentation à la SADC, à l’Union africaine et à l’Union européenne. En recevant cette « plainte », les dirigeants de ces entités riront certainement sous cape. En effet, les ex-Présidents de la République ou les premiers ministres des Etats membres de ces organisations ne rencontreront jamais ce genre de problème pour la simple raison qu’ils respectent la loi en vigueur dans leur pays. Sur la liste des privilèges d’un ancien Président de la République, il n’y est mentionné que les Forces de l’ordre n’ont pas le droit d’effectuer un contrôle routier de routine sur sa voiture ou celle de ses accompagnateurs. Encore moins qu’un ancien dirigeant bénéficie d’une voiture ouvreuse avec gyrophare à ses déplacements, officiels ou non. Des anciens Présidents de la République malagasy ont été aperçus bloqués dans les embouteillages de la Capitale ou circulaient normalement sur les routes nationales comme tous leurs compatriotes à l’instar du défunt Zafy Albert. Celui-ci s’est contenté, tout comme Didier Ratsiraka, de ses gardes rapprochés, d’un logement ou bien d’autres mais n’ont jamais transgressé la loi en vigueur.
Marc Ravalomanana doit, par contre, remercier la Police de route qui ose l’arrêter et surtout ses accompagnateurs pour un contrôle de routine. Imaginez, qu’une voiture bourrée de produits prohibés s’infiltre dans le cortège à son insu et profite de ce « passe- droit » illégal pour passer les contrôles…
La rédaction

Fil infos

  • Colloque sur le grand Sud - Un grand pipeline d’eau à construire et 700km de routes à réhabiliter
  • Epidémie de  Covid-19 _ Reconduction de l’état d’urgence sanitaire - Assouplissement des mesures sanitaires - Défilé militaire dans les 6 Chefs-lieux de province
  • Parlement africain - Le parlement européen doit éviter de s'impliquer dans la crise entre le Maroc et l'Espagne
  • Taolagnaro - Un colloque régional pour résoudre les problèmes du Grand Sud
  • Gifi Madagascar - Grande affluence des clients dès l’ouverture
  • Président Andry Rajoelina à Ivato - « Passons outre les divergences politiques pour arriver au développement »
  • Vatovavy et Fitovinany - La 23è Région prend forme
  • Prix des PPN - Festival de surenchères dans les marchés
  • Transport aérien - ADEMA reprend du poil de la bête
  • Covid-19 - Ruée vers le vaccin

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un signal fort !
    Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry a rendu visite la Commune rurale d’Ivato ce jeudi 10 juin. Un passage éclair mais très lourd en symbole ! C’est la première fois dans les annales de la République qu’un Président a bien voulu courber l’échine et descendre pour rendre visite une Commune rurale fief de l’opposition. Le premier magistrat de ladite Commune appartient au parti très engagé au camp d’en face.

A bout portant

AutoDiff