Publié dans Politique

Bailleurs de fonds et Etat malagasy - Relations de confiance au beau fixe !

Publié le mardi, 20 juillet 2021

La confiance règne encore et toujours. L’Etat malagasy continue de bénéficier du soutien des bailleurs de fonds internationaux. D’ailleurs, un grand évènement qui marque une nouvelle preuve de ces relations au beau fixe avec les partenaires financiers, la Banque mondiale en l’occurrence, aura lieu ce jour.

En effet, la signature d’un accord de financement pour l’exécution de quatre projets structurants à Madagascar se fera entre l’Etat malagasy via le Président de la République Andry Rajoelina et la Banque mondiale à travers sa représentante résidente, au Palais présidentiel d’Iavoloha. Lesdits projets touchent notamment le secteur de la santé, l’économie, le secteur routier et enfin l’agriculture. A priori, le déblocage de ce financement conséquent permettra au régime actuel de poursuivre la concrétisation des « Velirano » présidentiels.  

Etant donné l’importance d’une telle signature, cet acte se fera en présence des chefs d’Institution à savoir les présidents du Sénat, de la Haute Cour constitutionnelle, le Premier ministre, la présidente de l’Assemblée nationale. A eux s’ajouteront d’autres officiels comme les membres du Gouvernement, des gouverneurs et des parlementaires.

Les accusations de l’opposition battues en brèche

Cette nouvelle signature marque un nouveau tournant dans le processus de développement engagé par le Président Andry Rajoelina depuis le début de son mandat en janvier 2019. En outre, cet évènement dément de manière claire et sans ambigüité les affirmations gratuites des membres de l’Opposition. En effet, ces derniers ne cessent de véhiculer dans leurs interventions médiatiques que le régime a perdu la confiance des bailleurs de fonds. Accusant les dirigeants de tous les torts, allant de mauvaise gouvernance, détournements jusqu’au manque de transparence dans la gestion des fonds publics, l’Opposition se voit ainsi son argumentation tomber en ruine. Il faut dire que les accusations des détracteurs du régime sont avancées sans le moindre fondement.

De plus, obtenir un financement des grandes institutions financières comme la Banque mondiale n’est pas chose facile. Outre les procédures que cela implique, il faut avant tout des dossiers de demande en béton du côté demandeur. D’aucuns n’ignorent également que, pour sa part, la Banque mondiale ne manque pas de mener des enquêtes afin de s’assurer que les fonds débloqués soient utilisés de manière correcte et transparente.

Ce financement de la Banque mondiale ne sera surement pas le dernier puisque récemment, le Président malagasy s’est aussi associé à ses homologues du continent africain dans le cadre de la réunion IDA20 en Abidjan, Côte d’Ivoire, en vue de solliciter la mobilisation de fonds pour soutenir la relance économique post – Covid-19 en Afrique.

La Rédaction

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff