Publié dans Politique

Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau

Publié le mardi, 27 juillet 2021

Pour une meilleure production agricole. Le ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène (MEAH) collabore avec le Programme alimentaire mondial (PAM) pour mobiliser les ressources en eau dans le Sud de Madagascar. « Les activités entreprises dans le cadre de cette collaboration profiteront à 16 localités des Régions d’Androy et d’Anosy, les Districts les plus touchés par le Kere.

16 000 habitants en seront bénéficiaires, outre les plus de 400 ha de surfaces à irriguer », informe Voahary Rakotovelomanantsoa, ministre de tutelle. Concrètement, 7 localités des Communes d’Antanimora, d’Andalatanosy et d’Ampamata, dans l’Androy, ainsi qu’Ifotaka et Behara dans l’Anosy recevront des dispositifs d’alimentation en eau de consommation et en eau destinée à intensifier la production agricole. Ceci pour faire face au fait que la production agricole soit réduite à 50% par rapport à la moyenne sur les 5 dernières années. « La population bénéficiera de l’eau à usage multiple avec ce partenariat avec le MEAH », précise Moumini Ouedraogo, représentant du PAM dans le pays.

Le Kere nécessite des actions d’urgence pour sauver des vies humaines. La distribution de vivres pour plus de 700 000 personnes par mois, avec l’appui du Gouvernement, en fait partie, d’après le premier responsable dudit organisme onusien. « Nous aidons aussi la population à se prendre en charge elle-même, y compris les petits producteurs. Les bénéficiaires témoignent qu’ils arrivent à envoyer leurs enfants à l’école, même dans les établissements privés, à améliorer l’habitat ainsi que leurs conditions de vie », ajoute-t-il. « Le Gouvernement malagasy s’engage à l’éradication du Kere dans le Sud. Parmi les partenaires, le soutien du PAM va à la résilience et le développement, outre les actions d’urgence », rappelle le numéro Un du MEAH. Ce dernier d’insister sur le fait que les travaux menés dans le Sud avancent…

Patricia R.

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff