Publié dans Politique

Lot 1 de la RN44 Sud - Bitumage à finir en décembre

Publié le mardi, 03 août 2021


L’expression ironique « lalana matin-drefy » ou « route aux mille et une levées topographiques » au sujet de la route nationale 44 Sud Moramanga-Vohidiala Gara (133 km) appartiendra à l’histoire. De source officieuse, l’entreprise China Geo-Engineering Corporation (CGC), titulaire du lot 1 de la reconstruction de cette route entre Marovoay Gara et Amboasary Gara (40 km), ferait en sorte de terminer le bitumage de cette tranche d’ici la fin de cette année. Le délai prévu par le contrat révisé en 2020 expirera le 10 mars 2022.
Le chantier avance bien à voir la réalisation sur le terrain. Le taux d’achèvement actuel serait de 70 %. Le bitumage depuis Amboasary Gara en direction du Sud est arrivé jusqu’au nord du village d’Ambohidray, à 40 km de Moramanga. De là jusqu’à Marovoay Gara, la couche de fondation et la couche de base sont présentes par endroit. Parallèlement, l’aménagement des caniveaux bat son plein.
De son côté, l’autre entreprise China Road and Bridge Corporation (CRBC), titulaire du lot 2 qui va d’Amboasary Gara à Vohidiala Gara (73 km), est à pied d’œuvre depuis l’an passé. Les travaux de terrassement font le bonheur des usagers. En conséquence, la route du riz, une autre appellation de la RN44 Sud, se fait en seulement quatre heures si elle requiert une journée entière, voire plus, durant la saison des pluies.
La reconstruction de cet axe routier qui entrait en service en 1909 fait partie de la promesse présidentielle. L’exécution des deux lots du marché bénéficie du soutien de la Banque mondiale à travers le Projet d’appui à la connectivité des transports (PACT). Il s’agit de la première phase d’une série de projets pour appuyer le cadre de priorisation défini par l’analyse spatiale de la connectivité des transports à Madagascar. Le projet aurait dû recevoir un montant limité de ressources de l’IDA de 80 millions de dollars.
Aux yeux du bailleur, le chantier en cours sur la nationale 44 Sud est un modèle à répliquer en Afrique subsaharienne. De ce fait, le suivi et le contrôle de sa mise en œuvre sont très stricts. L’équipe de la Banque et les autorités multiplient les descentes sur le terrain. La dernière visite en date sur la portion Marovoay Gara-Amboasary Gara a eu lieu le 16 juillet. La représentante de la Banque à Antananarivo Marie-Chantal Uwanyiligira y a alors marqué sa présence.
Une grande réunion focalisée sur la question sécuritaire sur les zones traversées par la route s’est aussi tenue à la Mairie de Morarano Gara le 30 juillet. Entre autres, le secrétaire général du ministère l’Aménagement du Territoire et des Travaux publics, le préfet d’Ambatondrazaka, le secrétaire général de la Région d’Alaotra-Mangoro, le représentant du chef de District de Moramanga, le commandant de compagnie de la gendarmerie à Moramanga, le président du conseil communal de Morarano Gara, les deux adjoints au maire de la Commune et bien d’autres responsables à la base y ont été présents.
Les régimes successifs ont promis d’accomplir le bitumage de cette infrastructure routière qui fait parler d’elle en temps pluvieux. L’origine même de l’expression ironique évoquée au début de l’article est liée à l’exécution des projets mort-nés sous les différentes Républiques. Depuis la Première République, de petites réalisations ont été entreprises à chaque changement de dirigeants. Tellement la route du riz a toujours été au centre de controverses que personne n’a plus cru à l’aboutissement d’un quelconque projet de reconstruction à son sujet.
Le 15 octobre 2019, le président Andry Rajoelina a officiellement lancé à Morarano Gara les travaux sur le lot 1. Par la suite, le délai d’exécution initial de 18 mois a été prolongé de 11 mois. Le 2e lot, quant à lui, a démarré le 13 octobre 2020 pour une durée de 24 mois. L’entièreté de la route devrait être bitumée d’ici la fin 2022.
M.R.

Fil infos

  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !
  • Blocage des routes - QMM passe en mode service minimum
  • Prix du carburant à la pompe - Les consommateurs s’attendent à un coup de massue

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Où en sommes-nous ?
    L’UE regrette ! Le RSF enfonce ! Le CSI déplore ! Certaine presse étrangère et certains activistes des réseaux sociaux accusent !Au fait, où en sommes-nous dans la bataille contre les grands maux qui minent et bloquent le réel démarrage vers l’essor et le développement du pays ? En est-on resté au stade des grands mots dans la lutte sans merci contre les grands maux à savoir la corruption, l’impunité, le non-respect de l’Etat de droit, de la liberté d’expression, de la démocratie ? Le tableau ne luit pas assez comme nous l’entendions. Les différents rapports d’Institution et d’organisme étranger ainsi que des Institutions en charge de la lutte contre toute forme de malversation et certaine Société civile du pays ne vont pas dans le sens de notre faveur sinon notre souhait. Ou bien, on se prend pour le mal aimé des autres et en revanche on dénonce ! Ou…

A bout portant

AutoDiff