Publié dans Politique

Commune urbaine d’Antananarivo - Un millier de caméras pour surveiller les rues de Tana

Publié le mardi, 21 juin 2022


Cela n’aura pas échappé à l’attention de la plupart des usagers de certains axes de la Capitale malagasy. Des sortes de mât ou des poteaux en acier pointant vers le ciel seront installés un peu partout dans de nombreux quartiers de la Commune urbaine d’Antananarivo. Les exemples les plus frappants se trouvent sur l’avenue de l’Indépendance. Ces infrastructures vont servir de supports au millier de caméras de surveillance qui vont couvrir la Ville des mille. L’information a été confirmée par des responsables au niveau de l’Hôtel de ville et au niveau du ministère du Développement numérique, de la Transformation digitale, des Postes et des Télécommunications. Ces caméras entreront bientôt en service grâce aux efforts déployés conjointement par ces deux institutions. Ces caméras peuvent être d’une importance majeure pour les tâches des Forces de l’ordre dans la réalisation des enquêtes lors des accidents de la circulation, les vols à la tire,… Des images vidéo faciliteront l’identification d’éventuels agresseurs ou des délinquants, et augmenteront les chances que les recherches aboutissent. La vidéo devrait permettre également d’améliorer la couverture du terrain par les Forces de l’ordre toujours en sous-effectif. Selon les précisions, ces caméras seront installées sur environ 300 sites, à raison d’environ 3 à 4 caméras par site. Le choix de site a été défini d’un commun accord entre le MDNTPT et la CUA. L’effort porte notamment sur des zones à risques.
Le projet est en cours. Les caméras seront installées à partir de ce mois de juillet et ce dans une première étape. Un millier d’entre elles seront donc mises en place d’ici au mois de septembre. L’objectif reste de servir les citoyens et de les sécuriser. La mise en place de ces caméras de vidéosurveillance entre dans le cadre du projet de « modernisation des réseaux de télécommunication de Madagascar » et du protocole de collaboration qui a été signé entre le MDNTPT et la CUA au mois de février dernier. Outre la mise en place de plus de 1 500 caméras de surveillance (IVS), cette collaboration englobe plusieurs projets dont entre autres la dotation de plus de 1 500 smartphones pour la Police municipale, de drones et la mise en place de fibres optiques aériennes dans les six Arrondissements d’Antananarivo pour connecter tous les bâtiments publics de l’Etat. L’Autorité de régulation des technologies de communication (ARTEC) abritera le centre opérationnel, selon les indications. L’Unité de gouvernance digitale (UGD), dont le décret de création a été pris il y a deux semaines en Conseil des ministres, aura la charge de la gestion de ces caméras. Le compte-rendu de la traditionnelle rencontre entre les ministres indique que l’UGD est un établissement public à caractère industriel et commercial placé au niveau de la Présidence de la République de Madagascar. Sa mission principale est de mettre en place de manière effective l’ « e-gouvernance » afin de garantir une administration de proximité, à l’écoute de la population et de ses besoins, et à améliorer la qualité de vie des citoyens et de faciliter le travail des entreprises. L’UGD est sous tutelle technique de la Présidence et du MDNTPT.
Lalaina A.

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff