Publié dans Politique

Conjoncture politique - L’Opposition abat ses dernières cartes

Publié le dimanche, 17 septembre 2023

A quelques jours du démarrage de la propagande officielle, Marc Ravalomanana a formé autour de lui une coalition de candidats issus de l’Opposition. Il dirige cette mouvance dénommée collectif des candidats. Les onze candidats, qui composent cette amicale de hors-la-loi, sont appuyés par une poignée d’autres acteurs politiques qui sont davantage concernés par leurs petits privilèges que par l’intérêt supérieur de la nation. 

En face de cette mouvance de bras cassés, il y a la mouvance Andry Rajoelina. Celle-ci n’est pas seule, contrairement aux idées fausses propagées par l’Opposition. Elle est appuyée par la majorité de la population qui souhaite la tenue des élections, conformément au calendrier. Ce soutien populaire renforce sa force combative qui est également décuplée grâce à sa foi inébranlable en Dieu qui le protège. 

Le démarrage de la propagande officielle se précise. Par conséquent, la fin de la récréation approche pour le collectif des candidats issus de l’Opposition. La désintégration de cette mouvance est inévitable puisque chaque candidat va devoir convaincre sa base électorale. Dans une course de vitesse, chaque athlète a son propre couloir. Les opposants candidats à l’élection présidentielle se sont débattus comme des diables dans l’eau bénite pour faire obstacle à la candidature du Président Andry Rajoelina, pour dénigrer les institutions, pour corrompre une partie de la jeunesse, pour manipuler certains chefs religieux et pour influencer le corps diplomatique. A chaque fois, les manœuvres des opposants ont été vaines. Tout le monde sait que c’est encore les opposants qui tirent les ficelles de ces mouvements de contestation initiés ici et là  ces derniers temps. Pire, certains de leurs membres incitent la population à descendre dans la rue pour manifester pour des raisons dont ils sont les seuls  à connaitre.  Résultat de la course : ils ont épuisé leurs forces et leurs ressources et ils sont mal préparés pour la dernière ligne droite.

 

A l’opposé, le candidat Andry Rajoelina est fin prêt. Il sera frais et gonflé à bloc lorsque le top pour la propagande officielle sera donné. Grâce à son bilan positif, à son esprit constructif et à son expérience des luttes électorales, il n’aura aucune difficulté à persuader sa base électorale, à convaincre les indécis et à rallier à sa cause des militants des autres candidats.   

Fil infos

  • Actu-brèves
  • Tourisme à Madagascar - Construction d’une quinzaine d’hôtels cinq étoiles en vue
  • Périodes de vacances - Le mauvais état des routes nationales inquiète
  • Opposition - Manœuvres de déstabilisation en pleine fête nationale 
  • Actu-brèves
  • Haute Cour constitutionnelle - 1500 requêtes électorales à traiter
  • Elections législatives - Une centaine de nouvelles têtes à Tsimbazaza
  • ACTU-BREVES
  • Rénovation au bord de mer de Toamasina - Un des grands travaux du Président Rajoelina inauguré
  • Actu-brèves
Pub droite 1

Editorial

  • Pour qui sonne le glas !
    Une nouvelle configuration politique se dessine à l’horizon. A l’allure où vont les choses et au vu de la publication des résultats provisoires des législatives du 29 mai par la CENI, le pays se dirige vers un nouveau schéma politique. Du sang nouveau qui va certainement apporter du tonus et surtout du changement dans la direction des affaires nationales. A Toamasina, le samedi 15 juin dernier, le Chef de l’Etat Rajoelina annonça sans ambages qu’il va falloir s’attendre à un changement ou remaniement ou recadrage, c’est selon, des membres du Gouvernement après la mise en place de la nouvelle Assemblée nationale. C’est une tradition républicaine, la composition du Gouvernement doit refléter la configuration de la classe politique à l’Hémicycle. Bien que la majorité ne change pas de camp, le Chef de l’Etat qui est le seul maître à bord sur le sort réservé à l’avenir du Gouvernement doit reconsidérer le…

A bout portant

AutoDiff