Publié dans Politique

Bureau permanent de l’Assemblée nationale - 12 places à pourvoir

Publié le lundi, 08 juillet 2024



Ce jour marque le début d’une session spéciale cruciale pour l’Assemblée nationale malgache, avec les projecteurs braqués sur la composition du Bureau permanent et des commissions permanentes. Douze postes clés sont en jeu : un président, six vice-présidents, trois questeurs et deux rapporteurs généraux. Le nom de celui qui occupera le poste de président de cette institution devrait figurer au menu des nouveaux députés dès ce jour, après la cérémonie officielle d’ouverture dirigée par le doyen d’âge et le benjamin des députés. Comme indiqué dans notre édition d’hier, Marie Michelle Sahondrarimalala reste en pole position pour occuper le perchoir de Tsimbazaza. Les noms des autres  membres du bureau permanent seront probablement connus le lendemain. Entre les anciens, qui ont de l’expérience et les jeunes aux dents longues, pleins d’ambition, les tractations battent leur plein dans le camp de la coalition majoritaire « Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina », qui détient la majorité absolue à l’Assemblée, et est donc en pole position pour remporter la majorité de ces postes convoités. Cependant, la politique malgache est aussi parsemée d’alliances stratégiques, et les députés indépendants pourraient jouer un rôle, grâce aux alliances qu’ils auront nouées avec la majorité. L’Opposition, quant à elle, semble être confrontée à un défi de taille. Avec une vingtaine de députés, il y a peu de chances qu’elle revienne dans le bureau permanent, même si tout peut arriver. L’Opposition a en revanche, plus de chances d’occuper l’un des 34 postes de présidents de Commission permanentes dont les élections se tiendront après l’élection du Bureau permanent. Ces commissions, chacune spécialisée dans des domaines variés allant de l’économie à la santé en passant par l’éducation et l’environnement, jouent un rôle important dans l’élaboration des politiques. Ce nombre peut néanmoins être amené à être réduit ou augmenté. Toutefois, les règles de ce jeu politique sont déterminées par le règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Tout changement dans la répartition des postes ou des responsabilités nécessitera une modification de ce cadre réglementaire ayant eu l’aval de la Haute Cour constitutionnelle.
L.A.


Fil infos

  • Nouveau Gouvernement - Les lobbyings agitent en coulisses
  • Eradication de la poliomyélite - Fy, jeune influenceuse et défenseuse des jeunes pour la vaccination
  • Nouveau Gouvernement - Après Paris, Bissau et Luanda ?
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Nouveau Gouvernement Ntsay Christian - Amputé de deux poids lourds
  • Prétendus « sujets Bacc » - Deux facebookers arrêtés
  • Edgard Razafindravahy à la tête de la COI - Rayonnement de Madagascar dans l'Océan indien 
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Secteur combatif
    Le tourisme, le fer de lance pour la relance de l’économie nationale, se trouve en tête de la ligne du front dans la bataille sans merci contre la malédiction, si on peut s’exprimer ainsi, qui semble s’éterniser. En effet, il faut batailler dur si l’on veut briser à jamais le blocage en béton gênant la remontada. En diapason avec le ministère des Transports et de la Météorologie, le département du Tourisme et de l’Artisanat, en tête de peloton, sous l’impulsion de l’inamovible ministre Randriamandranto Joël conduit en tandem avec le ministre Ramonjavelo Manambahoaka Valéry Fitzgerald, le combat. En fait, les ministères du Tourisme et des Transports sont deux départements appelés à unir leur force dans un cadre de stratégie commune afin de coordonner les actions.

A bout portant

AutoDiff