Publié dans Politique

Actu-brèves

Publié le mercredi, 10 juillet 2024

La constitution du Bureau permanent de l’Assemblée nationale attendra. Après l'ouverture de la session spéciale de la Chambre basse, les députés ont continué leurs travaux en élaborant la proposition de nouveau règlement intérieur de l'Assemblée nationale, hier. Une commission ad hoc a mis en place son bureau et poursuit ses réunions pour discuter des modalités de ce nouveau règlement. L'élection du président de l'Assemblée nationale et des membres du bureau permanent sera reportée, car la proposition de résolution doit être élaborée et soumise par un tiers des membres de l'Assemblée. Cette résolution devra ensuite être examinée et débattue en séance plénière, nécessitant une majorité de deux tiers pour être adoptée. Avant que la résolution puisse être appliquée, un contrôle de constitutionnalité devra être effectué. Les travaux en cours seront donc dirigés par le bureau d'âge, composé du doyen et du benjamin de l'Assemblée nationale, conformément au règlement intérieur actuel. Sous ce régime, seuls les débats liés au règlement intérieur et à l'élection du président de l'Assemblée nationale peuvent avoir lieu, aucun autre débat n'étant autorisé.


Mise en avant des bourses d'études dans la coopération entre Madagascar et la Côte d'Ivoire. Khachab Mohamad Ali, consul honoraire de la République de Madagascar à Abidjan, a effectué une visite de courtoisie à Rafaravavitafika Rasata, ministre des Affaires étrangères, à Anosy avant hier. Au cours de cette rencontre, la ministre et le Consul ont souligné l'importance de renforcer la coopération bilatérale entre Madagascar et la Côte d'Ivoire. Elle a mis en avant l'importance cruciale des bourses d'études pour Madagascar. En effet, la valorisation du capital humain est un pilier essentiel de la Politique générale de l'Etat malagasy. Ainsi, elle a exprimé le souhait de voir octroyer des bourses d'études, des programmes d'échange ou des formations en ligne les étudiants malagasy. Ces opportunités seraient principalement destinées aux filières clés telles que le tourisme, l'hôtellerie, l'ingénierie, l'informatique et l'agriculture. Cette rencontre a aussi permis  une réflexion approfondie sur les secteurs à exploiter et les pistes de coopération envisageables entre Madagascar et la Côte d'Ivoire.


Sécurité maritime à travers un exercice national de simulation et de gestion de crise. L'Atlantique Sud et l'océan Indien jouent un rôle crucial en connectant l'Amérique, l'Afrique de l'Est, le Moyen-Orient et l'Asie du Sud à travers des itinéraires maritimes essentiels pour le commerce international. Ces routes maritimes sont vitales pour le développement économique et la prospérité des pays du Sud, comme le souligne l'APMF (Agence portuaire, maritime et fluviale). Dans le cadre du Programme de Sûreté portuaire (PSP) et de Sécurité de la navigation, l'Organisation maritime internationale (OMI) organise un exercice national de simulation et de gestion de crise suivi d'un atelier sur le Comité national de Sûreté maritime du 9 au 12 juillet 2024 à Ankorondrano. Cet exercice mettra en lumière l'importance de la coordination et de la coopération entre les différents organes impliqués dans la gestion des crises maritimes. La gestion efficace de ces itinéraires requiert une forte coopération régionale et des institutions solides chargées de l'application des réglementations maritimes. De plus, des régimes de conformité stricts sont nécessaires pour respecter les normes internationales en matière de sécurité et de sûreté maritimes. Neuf pays bénéficient du Programme de Sûreté portuaire, notamment l'Angola, les Comores, le Kenya, Madagascar, Maurice, le Mozambique, la Namibie, la Tanzanie et les Seychelles. En partenariat avec ces pays, l'OMI a lancé plusieurs initiatives clés pour renforcer la sûreté maritime au niveau des gouvernements nationaux et des ports.


Les jeunes, porte étendard de la lutte contre la corruption. En matière de corruption, les adultes ont beaucoup à apprendre des jeunes. C’est ce qu’a indiqué le directeur général du Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO), hier lors de la 7e journée nationale des Réseaux d’honnêteté et d’intégrité (RHI). « Vous les jeunes, êtes encore vierge de tout esprit malveillant, loin de la corruption qui gangrène le monde des adultes. Il vous appartient d’être nos modèles », a-t-il annoncé dans son discours. Cet événement, qui s'est tenu au gymnase couvert d’Ankorondrano, a mis en lumière l'importance de sensibiliser les jeunes de Madagascar dans la lutte contre la corruption. Le directeur général du BIANCO a ainsi encouragé les jeunes à être des modèles dans cette lutte contre la corruption, soulignant qu'il est essentiel de commencer la sensibilisation dès le plus jeune âge. Lors de cette journée, des concours de slam portant sur les détournements de fonds et des biens publics ont été organisés, avec la participation des 2 premiers RHI de chaque province. Cette initiative, pilotée par le Bureau indépendant anti-corruption, vise à inculquer aux jeunes les valeurs d'honnêteté et d'intégrité tout en les sensibilisant aux conséquences néfastes de la corruption au sein de la société. Le BIANCO considère que les élèves des lycées ont un rôle essentiel à jouer dans la lutte contre la corruption, et c'est pourquoi ces jeunes sont au cœur des actions de sensibilisation menées lors de la journée des RHI.

Fil infos

  • Nouveau Gouvernement - Les lobbyings agitent en coulisses
  • Eradication de la poliomyélite - Fy, jeune influenceuse et défenseuse des jeunes pour la vaccination
  • Nouveau Gouvernement - Après Paris, Bissau et Luanda ?
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Nouveau Gouvernement Ntsay Christian - Amputé de deux poids lourds
  • Prétendus « sujets Bacc » - Deux facebookers arrêtés
  • Edgard Razafindravahy à la tête de la COI - Rayonnement de Madagascar dans l'Océan indien 
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Secteur combatif
    Le tourisme, le fer de lance pour la relance de l’économie nationale, se trouve en tête de la ligne du front dans la bataille sans merci contre la malédiction, si on peut s’exprimer ainsi, qui semble s’éterniser. En effet, il faut batailler dur si l’on veut briser à jamais le blocage en béton gênant la remontada. En diapason avec le ministère des Transports et de la Météorologie, le département du Tourisme et de l’Artisanat, en tête de peloton, sous l’impulsion de l’inamovible ministre Randriamandranto Joël conduit en tandem avec le ministre Ramonjavelo Manambahoaka Valéry Fitzgerald, le combat. En fait, les ministères du Tourisme et des Transports sont deux départements appelés à unir leur force dans un cadre de stratégie commune afin de coordonner les actions.

A bout portant

AutoDiff