Publié dans Politique

PM d'Andry Rajoelina - Les députés d'accord sur un nom

Publié le mercredi, 16 janvier 2019

Andry Rajoelina entrera en fonction officiellement ce samedi. L'investiture sera précédée demain par la cérémonie de passation entre le Président nouvellement élu et Hery Rajaonarimampianina, Président sortant, aura lieu demain au Palais d'Etat d'Iavoloha. Dans les heures qui suivront le Gouvernement Ntsay Christian déposera sa lettre de démission auprès du nouveau Président.  Et ce, conformément à la décision de la Haute Cour constitutionnelle en date du 25 mai 2018, qui stipule que « le Premier ministre, chef du Gouvernement (…) reste en fonction jusqu'à l'investiture du nouveau Président de la République ».

Andry Rajoelina devrait alors, soit, prendre un décret portant acceptation de la démission du gouvernement et le chargeant d'assurer l'expédition des affaires courantes jusqu'à la nomination du nouveau Premier ministre et la formation du nouveau Gouvernement dont la mise en place ne saurait également tarder, soit nommer directement le nouveau PM après la démission de l'actuel détenteur du poste. Dans l'un comme dans l'autre cas de figure, la nomination du PM suivra l'article 54 de la Constitution qui dispose que « le Président de la République nomme le Premier ministre présenté par le parti ou le groupe de partis majoritaire à l'Assemblée nationale ».

Dernièrement, l'on a appris qu'une centaine de députés sur les 151 élus que compte l'Assemblée nationale ont joint leurs voix et ont apposé leurs signatures pour la nomination du nouveau Premier ministre, dont le nom reste toutefois gardé jalousement par les locataires du Palais de Tsimbazaza. La nomination du Premier ministre devrait ainsi se faire assez rapidement. Et non dans le chaos tel que c'était le cas sous le régime Rajaonarimampianina avec les tergiversations interminables autour de l'article 54 de la constitution relatif à la nomination du Premier ministre. Deux mois ont été nécessaires avant la nomination du Docteur Kolo Roger à la Primature, à cause de la volonté de l'entourage du Chef de l'Etat de l'époque d'écarter Andry Rajoelina. Son successeur à Mahazoarivo, le Général Jean Ravelonarivo, faisait partie de la liste d'une dizaine de candidats proposée mardi à Hery Rajaonarimampianina par le groupe de députés de la Plateforme pour la majorité présidentielle, ce qui est tout à fait contraire aux dispositions constitutionnelles. Pareil pour la nomination de Mahafaly Solonandrasana. Primo, le droit de nommer un PM revient au MAPAR et secundo, la loi fondamentale dispose que le Président de la République nomme le Premier ministre et non une liste de premiers-ministrables. L'an dernier, la HCC avait tout remis à sa place et donnant le privilège de nommer le PM au MAPAR.

L.R.

Fil infos

  • Christian Ntsay - "La priorité de l'Etat est la population"
  • Ville de Moramanga - Parfum d’abus de fonction et de corruption
  • Vanille - Les fossoyeurs de la filière démasqués !
  • Pacte national pour l’alimentation et l’agriculture - Le Président Rajoelina convainc et obtient 534 millions de dollars des partenaires
  • Conjoncture politique - L’Opposition concocte un plan machiavélique
  • Sommet sur l’alimentation en Afrique - Le Président Rajoelina défend la cause des agriculteurs
  • Exportation de crabes - Redevances quadruplées en une année
  • Maroc - Le Parlement décide de reconsidérer ses relations avec le Parlement européen
  • Embardée d’un taxi-brousse sur la RN5 - Un bébé décède sur le coup
  • Présidentielle - Le vote de la diaspora malagasy se dessine

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Du déjà entendu !
    Redite. Ibidem. Récidive. La communauté internationale revient à la charge avec quelques nuances près. Une subtile note qui sonne après tout en litanie ou refrain du déjà entendu et qui, passez-nous les termes, frise à certains égards l’arnaque !SEM Arnaud Guillois, l’ambassadeur de France, en résidence à Antananarivo, au cours d’une conférence de presse tenue ce lundi 23 janvier à la Résidence de France, devait s’étaler au moins sur deux sujets essentiels relatifs aux défis et enjeux de l’année en cours. En fait, sur les deux thèmes majeurs évoqués à savoir l’élection (présidentielle) et les îles Eparses, Arnaud Guillois annonçait la couleur concernant la position officielle affichée par le Quai d’Orsay.De l’élection, notamment présidentielle, qui se tiendra normalement au cours du dernier trimestre de l’année 2023, l’ambassadeur Arnaud Guillois a bien voulu émettre son avis qui devait, soulignons-le encore une fois, légitimement refléter la position officielle de la France dont…

A bout portant

AutoDiff