Publié dans Politique

Crises alimentaires - Traiter durablement les causes primaires

Publié le jeudi, 21 février 2019

Une bonne alimentation commence toujours par une bonne production. C’est pour cette raison que Madagascar se lance aujourd’hui dans la promotion des actions PROACTives et Innovantes en prévention des crises alimentaires dans le Grand Sud (PRO-ACTING). L’idée principale de cette initiative est de traiter durablement les causes primaires des crises alimentaires dans le pays pour pouvoir les éradiquer définitivement.  « Depuis 2017, le niveau de la sécurité alimentaire dans le Sud et le Sud-Est de Madagascar s’est détérioré considérablement. L’accès inadéquat aux aliments diversifiés et à haute valeur nutritionnelle compte parmi les principaux facteurs de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans cette région du pays. Il est alors nécessaire de trouver un juste équilibre entre la productivité agricole et l’accroissement de la population pour répondre de manière efficiente aux besoins en aliments et en emplois de la population rurale » a exposé Lucien Ranarivelo, ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, lors de la signature d’une convention de partenariat avec l’Union européenne (UE) et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).


 Trois axes 
Par conséquent, avec le soutien financier de l’UE ainsi que l’appui technique et la coordination de la FAO, le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche traitera les causes immuables des crises alimentaires liées à l’agriculture et à la sécurité alimentaire à travers le PRO-ACTING. Durant deux ans, ce projet se focalisera alors sur trois principaux axes. Le premier consiste à diversifier la production agricole vivrière mais aussi les sources de revenus avec la promotion de l’agriculture intelligente face au climat, l’agriculture sensible à la nutrition et la protection sociale. « Ainsi, le PRO-ACTING contribuera à la croissance durable et inclusive du secteur primaire pour réduire structurellement la pauvreté, l’insécurité alimentaire et la sous-nutrition » défend Giovanni Di Girolamo, chef de délégation de l’UE à Madagascar. Quant aux deux autres axes, ils se focaliseront sur le renforcement des dispositifs d’interventions et le partage des connaissances pour péréniser l’action.  Pour précision, ce projet s’inscrit dans le cadre d’un partenariat au niveau mondial  avec une contribution de 70 millions d’euros de l’Union européenne à la FAO. La Grande île bénéficiera alors du PRO-ACTING comme neuf autres pays et la région du Sahel. « Des nouvelles approches et différenciées des crises prolongées sont en cours d’élaboration dans de nombreux pays. (…) La FAO s’assurera ainsi que les producteurs agricoles malagasy dans le Grand Sud puissent en bénéficier » maintient Patrice Talla Takoukam, représentant de la FAO.
Rova Randria

Fil infos

  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars
  • Lutte contre l’insécurité dans la Sofia - Le député Velontsara dénonce l’immixtion de politiciens
  • Maroc - Le retour des Marocains au pays facilité
  • Colloque sur le grand Sud - Un grand pipeline d’eau à construire et 700km de routes à réhabiliter
  • Epidémie de  Covid-19 _ Reconduction de l’état d’urgence sanitaire - Assouplissement des mesures sanitaires - Défilé militaire dans les 6 Chefs-lieux de province
  • Parlement africain - Le parlement européen doit éviter de s'impliquer dans la crise entre le Maroc et l'Espagne
  • Taolagnaro - Un colloque régional pour résoudre les problèmes du Grand Sud
Pub droite 1

Editorial

  • Le PAC fait-il peur ?
    Le Pôle anti-corruption (PAC) sème-t-il la terreur quelque part ? A en croire certaine manigance orchestrée autour d’une proposition de loi 01-2020 PL échafaudée et soumise à l’Assemblée nationale, on s’interroge légitimement. Modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n° 2016-021 portant règlementation du fonctionnement du PAC, elle inquiète.

A bout portant

AutoDiff