Publié dans Politique

Crises alimentaires - Traiter durablement les causes primaires

Publié le jeudi, 21 février 2019

Une bonne alimentation commence toujours par une bonne production. C’est pour cette raison que Madagascar se lance aujourd’hui dans la promotion des actions PROACTives et Innovantes en prévention des crises alimentaires dans le Grand Sud (PRO-ACTING). L’idée principale de cette initiative est de traiter durablement les causes primaires des crises alimentaires dans le pays pour pouvoir les éradiquer définitivement.  « Depuis 2017, le niveau de la sécurité alimentaire dans le Sud et le Sud-Est de Madagascar s’est détérioré considérablement. L’accès inadéquat aux aliments diversifiés et à haute valeur nutritionnelle compte parmi les principaux facteurs de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans cette région du pays. Il est alors nécessaire de trouver un juste équilibre entre la productivité agricole et l’accroissement de la population pour répondre de manière efficiente aux besoins en aliments et en emplois de la population rurale » a exposé Lucien Ranarivelo, ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, lors de la signature d’une convention de partenariat avec l’Union européenne (UE) et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).


 Trois axes 
Par conséquent, avec le soutien financier de l’UE ainsi que l’appui technique et la coordination de la FAO, le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche traitera les causes immuables des crises alimentaires liées à l’agriculture et à la sécurité alimentaire à travers le PRO-ACTING. Durant deux ans, ce projet se focalisera alors sur trois principaux axes. Le premier consiste à diversifier la production agricole vivrière mais aussi les sources de revenus avec la promotion de l’agriculture intelligente face au climat, l’agriculture sensible à la nutrition et la protection sociale. « Ainsi, le PRO-ACTING contribuera à la croissance durable et inclusive du secteur primaire pour réduire structurellement la pauvreté, l’insécurité alimentaire et la sous-nutrition » défend Giovanni Di Girolamo, chef de délégation de l’UE à Madagascar. Quant aux deux autres axes, ils se focaliseront sur le renforcement des dispositifs d’interventions et le partage des connaissances pour péréniser l’action.  Pour précision, ce projet s’inscrit dans le cadre d’un partenariat au niveau mondial  avec une contribution de 70 millions d’euros de l’Union européenne à la FAO. La Grande île bénéficiera alors du PRO-ACTING comme neuf autres pays et la région du Sahel. « Des nouvelles approches et différenciées des crises prolongées sont en cours d’élaboration dans de nombreux pays. (…) La FAO s’assurera ainsi que les producteurs agricoles malagasy dans le Grand Sud puissent en bénéficier » maintient Patrice Talla Takoukam, représentant de la FAO.
Rova Randria

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff