Publié dans Politique

Ruffine Tsiranana - La première femme candidate aux présidentielles, n’est plus

Publié le dimanche, 24 février 2019

Ruffine Tsiranana, présidente d’honneur du Parti social-démocrate (PSD), s’est éteinte à Paris dans la matinée de samedi à l’âge de 80 ans. Troisième fille du premier Président de la République Philibert Tsiranana, la dame est aussi une figure politique malagasy bien connue en ayant été administrateur-civil, sénatrice pour la Région Sofia sous le second mandat du Président Marc Ravalomanana (2007-2009) et ministre de la Décentralisation au sein du Gouvernement de Jean Omer Beriziky (2011-2014). Au plan purement politique, Ruffine Tsiranana était la première femme malagasy candidate à la présidentielle chez nous. En 1993, elle osait s’aligner sur les Didier Ratsiraka, Albert Zafy, Manandafy Rakotonirina, Evariste Marson, Jacques Rabemananjara, Andriamanalina Nirina Razafindrakoto et Tovonanahary Rabetsitonta. C’était une grande première dans l’histoire électorale de Madagascar.


Arrivée en cinquième rang à l’issue du premier tour, elle réalisait quand même un score honorable (3,51%) par rapport à celui gagné par une des figures emblématiques de la Première République, en l’occurrence Jacques Rabemananjara qui engrangeait 2,87% des suffrages exprimés. Le professeur Albert Zafy remportait le deuxième tour du vote. Un nombre croissant de filles d’Eve ont ultérieurement emboité les pas à Ruffine Tsiranana sur le champ de bataille électorale national. C’était le cas de sa nièce Eliana Bezaza (présidente nationale du PSD) l’an passé. Nous disons avec déférence que Ruffine Tsiranana était pionnière en matière de participation féminine aux élections. Dotée d’un caractère battant, elle ne se laissait pas non plus faire dans des circonstances. Elle se levait contre les injustices le moment venu. Elle était parmi les chefs politiques présents à la réunion politique au Karibotel à Analakely du 31 janvier 2003 aux côtés des Manandafy Rakotonirina, Marson Evariste, Jean-Eugène Voninahitsy, Amédé Ramalason, Andrianalijohn Ndriamanampy, Gaston Ramaroson, Roger Ralison, Avonel Andriantsilavo, Clément Ravalison, Hery Rakotobe et Faharo Ratsimbarison. Le rendez-vous a eu lieu à l’orée de la naissance de la nouvelle opposition, composée de politiciens issus du comité de soutien à Marc Ravalomanana (KMMR) en 2001 mué en comité pour la défense des choix du peuple (KMSB) durant la crise postélectorale de 2001-2002. Bref, Ruffine Tsiranana a mené une vie politique sans répit. Le Président Andry Rajoelina, au nom du peuple malagasy et en son nom personnel, a tenu à présenter ses condoléances à la famille de la défunte dès samedi même. Le rapatriement du corps sera attendu dans les prochains jours. L’équipe de la rédaction présente également ses sincères condoléances à la famille Tsiranana.
M.R.

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff