Publié dans Politique

BIANCO - La branche territoriale d’Antananarivo change de tête

Publié le mercredi, 27 février 2019

Un bilan positif. C’est ainsi que le directeur territorial sortant du BIANCO Antananarivo, Ratovoson Benjamina, résume ses 8 années de service au sein de l’équipe d’Ambohibao. Il a effectué un bref compte rendu de son mandat lors de la cérémonie de passation avec son successeur Rakotondrainibe Seheno, hier à Ambohibao. « Grâce aux différentes sensibilisations que nous avons effectuées, les gens sont désormais en mesure de connaître les nombreuses démarches à faire pour déposer une plainte auprès du BIANCO », a – t – il expliqué.  Et de poursuivre que la majorité des plaintes reçues au Bureau Indépendant anti – corruption touche le domaine foncier, la Justice, et les Forces de l’ordre. A cela s’ajoutent les autres secteurs comme les ministères, les finances publiques, les marchés publics et autre gestion de projets. Son passage à la tête de la branche territoriale du BIANCO Antananarivo est d’ailleurs marqué par l’arrestation de plusieurs hauts responsables dont des ministres, des fonctionnaires de l’administration (Trésor, etc.), des élus des circonscriptions territoriales (Maires, conseillers, etc.),  des officiers de la Gendarmerie, entre autres.

Il a particulièrement évoqué les dossiers marquants de l’année 2018 comme la suite de l’affaire Claudine Razaimamonjy, l’affaire de détournement au sein de la Croix Rouge ainsi que les affaires de trafic de bois de rose. Pour l’instant, aucun nom de ressortissant étranger n’a été cité ni convoqué au niveau du bureau du BIANCO Antananarivo. Concernant les déclarations de patrimoine, cette branche territoriale du BIANCO a reçu 2133 dossiers jusqu’à maintenant. Enfin, le directeur territorial sortant constate une avancée dans la lutte contre la corruption étant donné le nombre de citoyens qui refusent cette pratique malsaine et de ceux qui osent dénoncer. Néanmoins, il estime que les résultats obtenus restent encore insatisfaisants.
S.R.

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff