Publié dans Politique

Communication médiatisée - Une nouvelle loi en chantier

Publié le vendredi, 12 avril 2019

Un peu moins de trois ans après la promulgation de la loi 2016-029 relative à la communication médiatisée, un nouveau texte est en gestation. Une première rencontre dans ce cadre a eu lieu à Nanisana, hier, entre le ministère de la Communication et de la Culture (MCC) et les patrons de presse. Pour sa part, le MCC, à travers la direction générale de la Communication, a fait part des sujets sur lesquels il s'est déjà penché et des changements qu'il entend y apporter. Il s'agit, entre autres, du « rééquilibrage » de la composition de l'Autorité nationale de régulation de la communication médiatisée (ANRCM), de la question de la couverture nationale pour les stations audiovisuelles privées, de la revue des amendes sanctionnant les délits de presse, des droits et avantages des journalistes ainsi que du désengagement du ministère de l'Ordre des journalistes de Madagascar (OJM).

Pour leur part, les acteurs du secteur de la communication sont revenus sur les pierres d'achoppement qui ont été à l'origine de la contestation de la loi sur la communication médiatisée en son état actuel. Ils portent en fait sur les changements apportés unilatéralement par le Gouvernement, alors en place, à la mouture finalisée en 2015 sous l'égide du PNUD et issue d'une large consultation sur le plan national. Le ministre de l'époque avait justifié ces modifications - dont celles apportées sur la composition de l'ANRCM et le maintien de l'exclusivité de la couverture nationale au profit des chaînes nationales - par un soi-disant souci de ne pas « basculer d'un monopole public à un monopole privé » (Sic).

Un rétropédalage qui a été fortement décrié tant sur le plan national qu'international et le texte unanimement qualifié de « liberticide » qui en a été issu, en raison de la forte pression du MLE (Mouvement pour la liberté d'expression), n'a pu passer l'écueil de l'Assemblée nationale qu'au forceps. En effet, il a été adopté lors d'une session extraordinaire, spécialement convoquée à cet effet et voté à une heure indue de la nuit, par à peine une quinzaine de députés sur les 153 que comptait la Chambre basse.

Pour en revenir à la réunion d'hier, d'autres sujets, non moins importants, ont été abordés à l'occasion. Signalons, entre autres, celui de la délivrance de la carte de presse et du renouvellement du bureau de l'OJM dont le mandat a déjà expiré, le cas de la presse en ligne  ainsi que le problème de la mise en œuvre par l'autorité judiciaire des dispositions sur les délits de presse. D'autres rencontres ne sont pas à exclure avant la finalisation du texte définitif. Le MCC reste, par ailleurs, ouvert à toutes propositions ou remarques via l'adresse HYPERLINK "mailto:Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. " Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. .

A noter pour terminer que cette nouvelle loi sur la Communication médiatisée est prévue être soumise à l'Assemblée nationale nouvellement composée, lors de la première session de celle-ci.

Hery Mampionona

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff