Publié dans Politique

Révélation du Président Rajoelina à Paris - Madagascar possède 100 tonnes d'or exploitables par an

Publié le dimanche, 02 juin 2019

Le potentiel aurifère de Madagascar est de 100 tonnes d'or par an. Ces données sont issues des travaux et des archives du Bureau de recherches
géologiques et minières (BRGM) de France, qui ont officiellement été remis à Madagascar, vendredi dernier, au Museum national d'histoire naturelle - Galérie de minéralogie et de géologie à Paris, en présence notamment du Président  de la République malagasy Andry Rajoelina, actuellement en séjour dans la Capitale française pour une visite d'Etat. Lors de la cérémonie, le ministre malagasy des Mines et des Ressources stratégiques, Fidiniavo Ravokatra et la présidente directrice générale du BRGM, Michèle Rousseau ont procédé à la signature d'un protocole d'accord et de remise symbolique d'échantillons de fond lithologique. Fruits d'un travail de recherche d'un demi-siècle, ce fond lithologique permettra une meilleure connaissance du sous-sol malagasy nécessaire et donc favorisera le développement du secteur minier à Madagascar. « L'accès à ces documents stratégiques marque la confiance du BRGM et la reconnaissance de l'Etat français des efforts déployés pour une gestion plus réfléchie des ressources minières de l'Etat malagasy », selon le Président de la République malagasy. Et lui de réitérer au cours d'une rencontre avec la diaspora malagasy en France samedi que « Les richesses naturelles sauveront Madagascar ». Une déclaration qui prend tout son sens lorsque l'on sait que,  selon les informations révélées par ces travaux de recherches et ces archives, le potentiel aurifère malagasy serait ainsi estimé à 100 tonnes d'or par an, l'équivalent de  4 milliards de dollars.


Faire de l'or malagasy un fer de lance de l'économie, est l'une des promesses présidentielles. En ce sens, des initiatives de redressement afin de préserver les ressources en or, en augmentant les recettes liées aux exportations et aux exploitations aurifères sont actuellement engagées par le Gouvernement. De même, des actions en faveur de la formalisation efficiente de la filière or et à l'éradication des trafics illicites sont en bonne voie.  Des modifications de certains dispositifs juridiques de base, tels que le code minier et ses textes d'applications sont attendues. Des propositions portant sur le régime de l'or sont également attendues. Selon les chiffres, Madagascar aurait exporté officiellement 3 tonnes d'or par an. Personne ne sait en revanche combien de tonnes sortent illicitement des frontières malagasy. Le potentiel aurifère malagasy pourrait en tout cas permettre au pays de prendre une bonne place dans le rang des pays producteurs d'or en Afrique.  En outre, Madagascar a besoin de constituer une réserve d'or afin de fortifier notre économie en ayant de l'or en grande quantité à titre de garantie souveraine lors des négociations avec les investisseurs et/ ou bailleurs de fonds.
La rédaction

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff