Publié dans Politique

Télécommunications - Un Malagasy sur deux dispose d’un téléphone portable

Publié le dimanche, 04 août 2019

Le téléphone portable ou mobile a débarqué à Madagascar vers le début des années 90. TELECEL est alors le tout premier opérateur en téléphonie mobile à s’installer dans la Grande-île. Certaines grandes villes, telles qu’Antananarivo, Antsirabe, Nosy Be ou encore Sainte Marie  faisaient partie de villes couvertes avant des extensions à Toamasina et  Mahajanga. Ressemblant à l’époque à des briques beiges d’un kilogramme, le téléphone portable avait une faible capacité de couverture. Le téléphone est alors réservé à certains privilégiés. Quelques années plus tard, MADACOM et ANTARIS faisaient leur entrée sur le marché malagasy. Au cours des années 2000, les modèles de portable commencent à s’affiner. Le nombre d’utilisateurs commence à augmenter. Le boom de l’utilisation de la téléphonie mobile semble toutefois coïncider avec l’entrée de l’opérateur téléphonique TELMA. Le téléphone portable prend une place de plus en plus importante dans la vie des Malagasy. Les ventes de téléphone ont connu une croissance continue ces dernières années. Un essor qui se renforce avec l’arrivée des smartphones sur le marché. L’accessibilité des prix enregistrés ces dernières années, notamment avec la concurrence des marques asiatiques qui se positionnent avec des gammes de produits tout aussi compétitifs, renforce ce décollage des téléphones portables. 

30 ans après l’arrivée des premiers téléphones mobiles sur son sol, Madagascar compterait, selon les chiffres, plus de 10 millions d’abonnés, que se partagent 4 grands opérateurs téléphoniques. Le taux de pénétration avoisine les 70%. Près d’un Malagasy sur deux auraient donc un téléphone. Un chiffre relatif étant entendu qu’une personne peut disposer de deux à trois puces SIM.  Désormais toutes les catégories d’âge, de 8 à 80 ans et toutes les catégories sociales confondues, du simple paysan aux dirigeants et cadres supérieurs d’entreprise, peuvent avoir un téléphone. La pullulation des « taxiphones » prouve également l’importance du téléphone portable à Madagascar. Ces  chiffres devraient grossir encore et encore. La diversification des activités possibles sur un téléphone portable favorisera l’emploi des téléphones portables. Outre son utilisation première de communiquer partout dans le pays grâce aux opérateurs, le téléphone portable est devenu un outil de navigation sur internet. Par ailleurs, le mobile appuie, voire remplace, le système bancaire encore peu développé dans le pays, notamment dans les zones les plus reculées, avec le système de mobile banking. Dans d’autres secteurs, des applications ont notamment vu le jour et contribuent à l’amélioration
des conditions de vie des abonnés.
La rédaction

Fil infos

  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes
  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !

Editorial

  • Crise démentielle !
    Décidément, la crise sanitaire ne suffit pas. Il nous en faut encore d’autres. La crise de jalousie et la maladie de nostalgie rongent les esprits égarés des meneurs du Rodoben’nympanohitra ho amin’nydemokrasiaeto Madagasikara (RMDM), une plateforme regroupant les déchus du pouvoir et les déçus de leurs propres prestations lors des derniers scrutins. L’arrivée de Rajoelina Andry Nirina, par la voie royale des urnes, dérangent les ratés de la politique du pays. Le nouvel homme fort du pays fait naître auprès de ses adversaires une profonde jalousie. Le jeune Président, la quarantaine, gêne. Les adversaires déclarés, des quinquagénaires, des sexagénaires et même un certain septuagénaire n’admettent point leurs défaites. Ils ne veulent rien savoir ! La bande à Tsarahamy ne tolère, à jamais, la victoire éclatante du jeune Rajoelina. Le soutien populaire qu’il bénéficie rend malade. La crise de jalousie, tellement profonde et virulente, déclenche une autre crise beaucoup plus inquiétante,…

A bout portant

AutoDiff