Publié dans Politique

Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA

Publié le vendredi, 16 août 2019

Actuellement, les restes de la jeune Alana Cutland, cette étudiante britannique de Cambridge, et qui aurait sauté volontairement dans le vide depuis un avion Piper le 25 juillet dernier au-dessus d’Anjajavy, repose toujours à la morgue de l’hôpital d’Ampefiloha. Mais pourquoi tout ce retard alors que la dépouille de la victime aurait dû depuis longtemps être rapatriée dans son Angleterre natal ?

 

« Normalement, le rapatriement ne va plus tarder. La mission de la Gendarmerie est presque terminée : la mise en bière des restes de la jeune femme a été effectuée. Ce matin (Ndlr, hier matin), nous avons convoqué un haut responsable au sein de l’HJRA. Mais on nous a informés qu’il faudrait attendre encore des tas de formalités à remplir. Mais on attend aussi la décision des Anglais à propos du type de cercueil adapté à ce rapatriement », confie-t-on auprès de la Gendarmerie. Et de poursuivre : « Il existe un accord entre le ministère des Affaires étrangères du pays et l’ambassade britannique à ce sujet. Et à notre connaissance, l’on est encore dans l’attente de la décision émanant de la représentation diplomatique pour trancher s’il ferait mieux de remplacer la bière en vue du prochain rapatriement du corps. »

Mais cette attente serait également due à une question de formalités. La partie britannique voudrait l’acte de décès lequel devra être délivré par l’hôpital. Mais elle aurait demandé aussi une analyse d’ADN. C’est ce dernier point qui aurait retardé entre autres les formalités nécessaires. Côté HJRA, aucun renseignement officiel n’a filtré sur cette affaire. L’on nous a expliqué que la famille de la jeune Alana et surtout l’ambassade britannique se seraient prononcé contre la médiatisation

de l’affaire, depuis. « Les deux parties évoquées souhaitent de ne plus parler de l’affaire », nous a fait-t-on savoir à l’HJRA, hier. A part cela, les parents d’Alana C. ne se sont finalement pas rendus au pays pour le rapatriement de son corps. Là encore, la Gendarmerie a fait savoir que la victime était assurée, et qu’il importe donc à l’assurance de s’occuper du retour en Angleterre.

Franck Roland

Fil infos

  • MATP - Chasse aux remblais illicite
  • Attachement au principe de souveraineté - Tentative de meurtre médiatique à l’endroit d’Andry Rajoelina
  • Magouilles dans la distribution d'aides sociales - Le Président Andry Rajoelina avertit les chefs de Fokontany
  • « Sosialim - bahoaka » à Antananarivo - Les aides de l'Etat s'enchaînent dans les 6 Arrondissements
  • Remaniement imminent - Qu'un vrai leader soit à la tête du ministère
  • Ministère de la Défense nationale - Mise en garde contre toute désinformation
  • Finance publique - Un cours magistral, signé Rindra Rabarinirinarison
  • Fête du trône du Maroc - Les félicitations du Président malagasy au roi Mohammed VI
  • Crise sanitaire - Des aides sociales pour 200 000 foyers nécessiteux de Tanà
  • Directeur général de l'IMRA - Le CVO a subi le test de toxicité

Editorial

  • Exit, le drapeau blanc !
    Le pays est en guerre ! En plein cinquième mois de bataille, à la dixième quinzaine de confinement, on entre dans une phase de guerre d’usure. Les prévisions de l’OMS ne rassurent guère. La pandémie risquerait de perdurer ! Mais, pas question de jeter l’éponge ! Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry, en sa qualité de chef de guerre, a été clair et net au Palais des Sports à Mahamasina, lors de l’inauguration du nouveau Centre de traitement de la Covid (CTC), quand il a déclaré que « Nous ne hisserons jamais le drapeau blanc ». Il est vrai que le pays fait face à un ennemi invisible et redoutable mais il écarte l’option ou l’hypothèse de courber l’échine ! Et partout dans ses déplacements, Rajoelina ne manque pas d’encourager les « soldats ». Le personnel soignant, la population des Régions contaminées et les responsables étatiques à tous les niveaux…

A bout portant

AutoDiff