Publié dans Politique

Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA

Publié le vendredi, 16 août 2019

Actuellement, les restes de la jeune Alana Cutland, cette étudiante britannique de Cambridge, et qui aurait sauté volontairement dans le vide depuis un avion Piper le 25 juillet dernier au-dessus d’Anjajavy, repose toujours à la morgue de l’hôpital d’Ampefiloha. Mais pourquoi tout ce retard alors que la dépouille de la victime aurait dû depuis longtemps être rapatriée dans son Angleterre natal ?

 

« Normalement, le rapatriement ne va plus tarder. La mission de la Gendarmerie est presque terminée : la mise en bière des restes de la jeune femme a été effectuée. Ce matin (Ndlr, hier matin), nous avons convoqué un haut responsable au sein de l’HJRA. Mais on nous a informés qu’il faudrait attendre encore des tas de formalités à remplir. Mais on attend aussi la décision des Anglais à propos du type de cercueil adapté à ce rapatriement », confie-t-on auprès de la Gendarmerie. Et de poursuivre : « Il existe un accord entre le ministère des Affaires étrangères du pays et l’ambassade britannique à ce sujet. Et à notre connaissance, l’on est encore dans l’attente de la décision émanant de la représentation diplomatique pour trancher s’il ferait mieux de remplacer la bière en vue du prochain rapatriement du corps. »

Mais cette attente serait également due à une question de formalités. La partie britannique voudrait l’acte de décès lequel devra être délivré par l’hôpital. Mais elle aurait demandé aussi une analyse d’ADN. C’est ce dernier point qui aurait retardé entre autres les formalités nécessaires. Côté HJRA, aucun renseignement officiel n’a filtré sur cette affaire. L’on nous a expliqué que la famille de la jeune Alana et surtout l’ambassade britannique se seraient prononcé contre la médiatisation

de l’affaire, depuis. « Les deux parties évoquées souhaitent de ne plus parler de l’affaire », nous a fait-t-on savoir à l’HJRA, hier. A part cela, les parents d’Alana C. ne se sont finalement pas rendus au pays pour le rapatriement de son corps. Là encore, la Gendarmerie a fait savoir que la victime était assurée, et qu’il importe donc à l’assurance de s’occuper du retour en Angleterre.

Franck Roland

Fil infos

  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes
  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !

La Une

Editorial

  • Crise démentielle !
    Décidément, la crise sanitaire ne suffit pas. Il nous en faut encore d’autres. La crise de jalousie et la maladie de nostalgie rongent les esprits égarés des meneurs du Rodoben’nympanohitra ho amin’nydemokrasiaeto Madagasikara (RMDM), une plateforme regroupant les déchus du pouvoir et les déçus de leurs propres prestations lors des derniers scrutins. L’arrivée de Rajoelina Andry Nirina, par la voie royale des urnes, dérangent les ratés de la politique du pays. Le nouvel homme fort du pays fait naître auprès de ses adversaires une profonde jalousie. Le jeune Président, la quarantaine, gêne. Les adversaires déclarés, des quinquagénaires, des sexagénaires et même un certain septuagénaire n’admettent point leurs défaites. Ils ne veulent rien savoir ! La bande à Tsarahamy ne tolère, à jamais, la victoire éclatante du jeune Rajoelina. Le soutien populaire qu’il bénéficie rend malade. La crise de jalousie, tellement profonde et virulente, déclenche une autre crise beaucoup plus inquiétante,…

A bout portant

AutoDiff