Publié dans Politique

Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues

Publié le mardi, 20 août 2019

Deux cargos dont le Ronaldo et le Viviano, ont fait naufrage au large d'Antalaha à un intervalle de quelques moments vers le début de cette semaine. Si l'information est livrée au compte-gouttes pour le premier, une embarcation de 18 mètres, en revanche elle est assez explicite pour le second. Selon un récent développement de la situation, on a appris que les secours n'auraient pas pu sauver la marchandise sur le Viviano. Constituée généralement de produits de première nécessité, elle a donc totalement péri en mer.

 

En revanche, les 23 passagers de Viviano dont des enfants, ont pu être finalement tous tirés d'affaire grâce à l'opération de sauvetage menée par deux vagues successives par l'Agence portuaire maritime et fluviale (APMF). Les naufragés ont donc pu pousser un grand ouf de soulagement après plusieurs  heures d'attente passées dans l'angoisse étreignant, notamment pour une partie d'entre eux, lesquels ont dû attendre dans le cargo, le temps que la vedette de l'APMF ait pu revenir sur place après le transit  d'une partie de ses passagers. En effet, l'agence a dépêché deux vedettes rapides dans la zone du corail où le bateau a échoué, pour ces opérations de secours. Pendant la procédure, les secours ont réussi à évacuer l'eau du navire, et qui a menacé de le faire sombrer rapidement que prévu.

Le Viviano aurait voulu mettre le cap sur Antalaha via Toamasina lorsqu'il a subi une avarie moteur, une situation qui l'a fait échouer sur cette bande de corail. « La mauvaise équation entre  l'effet du Varatraza, ce vent particulièrement puissant du moment,  et la puissance moteur du cargo, ont provoqué cette avarie moteur sur l'embarcation », explique le directeur générale de l'APMF.

Il a averti les usagers qu'il faut de la prudence  pour naviguer dans toute cette zone littorale de l'Est allant d'Antsiranana entre le mois de mai et octobre, et que les usagers doivent se plier aux instructions afin d'éviter justement le pire.

F.R.

Fil infos

  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !
  • MATP - Chasse aux remblais illicite
  • Attachement au principe de souveraineté - Tentative de meurtre médiatique à l’endroit d’Andry Rajoelina
  • Magouilles dans la distribution d'aides sociales - Le Président Andry Rajoelina avertit les chefs de Fokontany
  • « Sosialim - bahoaka » à Antananarivo - Les aides de l'Etat s'enchaînent dans les 6 Arrondissements
  • Remaniement imminent - Qu'un vrai leader soit à la tête du ministère
  • Ministère de la Défense nationale - Mise en garde contre toute désinformation
  • Finance publique - Un cours magistral, signé Rindra Rabarinirinarison

La Une

Editorial

  • Bons réflexes
    A la guerre comme à la guerre ! On se défend par tous les moyens. On attaque sans état d’âme. Un seul objectif : la défaite de l’ennemi.Depuis le 20 mars 2020, le pays va en guerre. Etant une île et se gardant l’idée de s’immiscer dans les affaires des autres (Etats), Madagasikara n’est pas censé faire la guerre sauf qu’en cas exprès d’invasion étrangère. Toujours fidèle au sacro-saint principe de Non-alignement et de la Non-immixtion dans les affaires d’autrui, la République de Madagasikara joue la carte de la neutralité. Toutefois, la République Malagasy dispose d’une Armée et se réserve le droit de riposter contre toute attaque de quelque nature que ce soit. Quoi qu’il en soit, l’Armée offre ses compétences pour prêter main-forte en cas de nécessité dans l’intérêt supérieur de la Nation. La guerre que nous menons, en ce moment, est une guerre atypique sinon insolite mais virulente.…

A bout portant

AutoDiff