Publié dans Politique

Commune urbaine d’Antananarivo - Résultats d’un audit attendus

Publié le dimanche, 12 janvier 2020

La passation de service entre le maire entrant Naina Andriantsitohaina et la maire sortante Lalao Ravalomanana est attendue. Après cette prise de service, d’aucuns attendent la publication des résultats de l’audit de la gestion financière de la Commune urbaine d’Antananarivo.

Le désormais « monsieur le maire Naina Andriantsitohaina » a assisté à un culte au petit séminaire Ambohipo hier matin. Il a été accompagné de ses proches collaborateurs à cette messe. C’est donc parti pour les quatre prochaines années avec le nouveau maire. D’ailleurs, son élection coïncide avec le lancement des grands travaux pour la réalisation des « velirano » du Président de la République. Le lancement des travaux de développement de la Commune est également attendu. L’objectif est de faire de la Capitale malagasy un modèle non seulement dans l’océan Indien mais surtout en Afrique.

Passation jeudi prochain

Mais le nouveau maire ne peut entrer en fonction qu’après la passation de service. Selon les informations recueillies, la passation de service aurait dû se faire ce jour. Mais l’ancienne maire Lalao Ravalomanana l’a repoussée jusqu’à jeudi prochain pour des raisons qu’elle est la seule à connaitre.
Le plus attendu après cette prise de service est la tenue d’un audit de la gestion administrative et financière de la Commune, et la publication des résultats de l’audit. La population tananarivienne a, en effet, le droit d’avoir connaissance de la gestion antérieure de la Commune. La Commune urbaine d’Antananarivo a un statut particulier, un patrimoine conséquent et un budget assez conséquent, encore plus conséquent que le budget de la Région Analamanga. D’où viennent les ressources de la Commune et elles ont été utilisées à quelle fin ? Cette question se pose par exemple sur les ristournes de la société Easy Park qui s’élèvent à des milliards d’ariary et que bon nombre d’observateurs s’interrogent quant à leur utilisation et surtout si elles étaient versées à la caisse de la Commune.

Des questions se posent également sur d’autres ressources comme l’IFPB ou l’Impôt foncier sur la propriété bâtie et sur les permis de construire, des ressources conséquentes de la Commune.  Des ressources financières devant être utilisées pour effectuer des travaux de développement. En tout cas, le maire Naina Andriantsitohaina a déjà affirmé qu’il détient des informations et des dossiers sur la gestion financière de la Commune. Et le public a le droit d’être informé sur cette gestion financière, une fois que l’audit, dont le nouveau maire demandera certainement, s’achève.
Boaza

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff