Publié dans Politique

Fleury Rakotomalala - Poursuivi pour escroquerie de 990 millions

Publié le mardi, 04 février 2020

Beaucoup subodoraient déjà que le motif de l'exil volontaire de Fleury Rakotomalala en France a trait à des casseroles qu'il traîne à Madagascar. Une poursuite judiciaire pour escroquerie et abus de confiance à son encontre vient de conforter cette thèse.  La genèse de cette affaire remonte à février 2017 et, selon les dernières informations qui nous sont parvenues, elle serait actuellement au stade des arrestations au niveau de la Justice malagasy. A la lecture de certains éléments troublants en marge du dossier (voir article ci-dessous), on se demande si cet individu n'aurait pas des soucis de santé, notamment mentale.

 

197.050.000 ariary soit 985.250.000 fmg. Telle est l'ardoise que Fleury Rakotomalala a laissée à une entreprise de location de matériels de BTP qui a eu le malheur de contracter avec la société JACO, dont il est le président directeur général. Avant de prendre la fuite pour se refugier dans l'Hexagone, cet entrepreneur sans scrupule avait essayé d'amadouer sa victime avec des effets de commerce émanant d'une société étrangère au contrat qui se révèlent être en bois. Et pour cause, la société JACO en question n'a pas une existence légale au regard du fisc (sans Numéro d'identification fiscale ou NIF). La société tierce ayant émis les traites impayées, quant à elle, a par la suite disparu sans laisser de traces.

En détail, l'histoire porte sur un contrat de location de matériels de BTP signé le 20 février 2017 entre la société MMP-BTP et la société JACO, suivi d'un avenant intervenu le 3 avril 2017. Les engins dont il s'agit ont servi à des travaux relatifs à la gare routière dit

« Fisandratana » d'Ambohimanambola, dont l'entreprise JACO a été adjudicataire. Diverses factures ont été établies par la MMP-BTP tout au long de l'exécution de ce contrat. A la fin des travaux, un « décompte final » a été adressé au débiteur par lettre en date du 25 septembre 2017, lequel décompte fait état d'un solde impayé de 197.050.000 ariary en principal ainsi que des traites retournées impayées par la banque.

Mandats d'arrêt

A partir de cette date, pas moins de 03 lettres de relance (20 février 2017, 01 décembre 2017,  8 janvier 2018) ont été envoyées à Fleury Rakotomalala en sa qualité de directeur général de la société JACO mais elles sont toutes restées sans suite. De guerre lasse, le 14 mars 2019, MMP-BTP a signifié par voie d'huissier une « Sommation de payer avant poursuite judiciaire » à l'adresse indiquée être le siège social de l'entreprise débitrice. C'est à cette occasion que le président du Fokontany concerné a révélé que c'est depuis longtemps que la société JACO ne s'y trouve plus. Par la suite, il est apparu que les traites retournées impayées émanaient en fait de la société JEANNE D'ARC, gérée par la nommée Rasolomanana Faneva Kezia, laquelle, selon nos informations, n'est autre que la femme de Fleury Rakotomalala. Ce dernier, quant à lui, a quitté le territoire national entretemps.

Le 29 août 2019, après avoir épuisé toutes les procédures de recouvrement extrajudiciaires,  la société MMP-BTP a décidé de porter plainte pour escroquerie et abus de confiance contre Rakotomalala Fleury et contre la femme de celui-ci et non moins gérante de la société JEANNE D'ARC, ainsi que contre le nommé Olivier Dageville (Directeur technique et commercial de l'entreprise JACO), le premier en tant qu'auteur principal et les seconds en tant que complices. Selon certaines informations, des mandats d'arrêt sont déjà émis à l'encontre des mis en cause.

La Rédaction

Fil infos

  • Actu-brèves
  • Affaire Romy Andrianarisoa - Fanirisoa Ernaivo et consorts dépités
  • Législatives - Des ministres candidats
  • Attaque visant un commerçant à Fenoarivo-Atsinanana - Un ancien employé comme présumé commanditaire
  • Indonésie- Madagascar - Une coopération bilatérale en plein essor
  • Emeute à Ankazomiriotra - Des armes de la Gendarmerie disparues
  • Ile Maurice - Des jeunes filles malagasy forcées de se prostituer
  • Enseignement technique - Le LTP Ampasampito objet d’une complète réhabilitation 
  • Détournement de véhicules au ministère de la Santé publique - Un fonctionnaire et un propriétaire de garage sous les verrous
  • Députations - La caution quadruplée
Pub droite 1

Editorial

  • L’effritement
    L’Opposition se disloque ! Le C 11, entendre Collectif des 11 candidats, s’évanouit ! Le régime Orange n’a pas contrepoids crédible en face. Emportés par le souffle de la déflagration de l’éclatante victoire du candidat n° 3, Rajoelina Andry Nirina, les cadors de l’Opposition ne s’en remettent pas. Abasourdis, ils peinent à savoir où mettre les pieds ! Traumatisés, certains de ces malheureux perdants disparaissent des écrans de radars. Et pour cause ! En réalité, il n’existe pas à Madagasikara une Opposition politique répondant aux normes universellement reconnues. Une Opposition comme étant une force de proposition à la hauteur des attentes de la population. Une Opposition maîtrisant les arcanes de la gestion des affaires nationales et capable de tenir un débat d’idées sans passion déplacée fait défaut. Une force d’alternance de nature à prendre le relais selon le verdict des urnes démocratiquement correct laisse à désirer. En fait, le pays…

A bout portant

AutoDiff