Publié dans Société

Affaire « Jeannoda » et « Sœur Olga » - Des langues se délient petit à petit !

Publié le mardi, 16 juin 2020

Quelques jours après la publication d'un avis de recherche à l'endroit de Ramboarivelo Norotiana connue sous le nom de « Jeannoda »,  et Phan Van Hien  Noelivao ou « Sœur Olga», des victimes sortent petit à petit de leur cachette. Deux d'entre elles ont accepté de témoigner en anonymat.

 

« J'étais le fournisseur en produits locaux de Sœur Olga ( Ndlr : Phan Van Hien Noelivao Olga). Plus tard, elle m'a présenté à madame Noro (Ndlr : Ramboarivelo Norotiana alias Jeannoda) qui m'a parlé d'une grosse somme d'argent en dollars positionnée dans un compte à la Banque centrale. Mais pour pouvoir la débloquer, une caution de 5 % est à verser. Après m'avoir présenté des documents justifiant le positionnement de l'argent, nous avons conclu un partenariat à hauteur de 100 millions d'ariary, c'est-à-dire que j'ai payé le gage. Pendant environ 4 mois, j'ai fais des allers-retours entre Antsirabe et Antananarivo mais hélas, il n'y avait aucun signe de la transaction. Le mois de décembre 2019, je me suis renseigné auprès de ladite banque. Grande fut ma surprise en découvrant qu'un dossier s'y rapportant n'a jamais été traité à leur niveau », révèle une victime.

L'une des deux arnaqueuses s'est aussi intéressée à une association humanitaire. Cette fois-ci,  aucun accord n'a été signé. Cependant, elle a décroché un financement estimé à plusieurs millions de dollars. « Elle s'est emparé de notre projet et s'en est servi pour obtenir un  investissement. Par la suite, elle s'en est sortie indemne sans être reconnaissante auprès des initiateurs du projet. Peut-être que l'affaire est minime par rapport aux autres dossiers remis aux Forces de l'ordre, mais ce sont les idées et efforts déployés qui ont été volés », avance le fondateur de ladite association.

A titre de rappel, au cours de ces dernières années, Jeannoda s'est assuré de défendre les droits des travailleurs et des domestiques, en particulier les Malagasy victimes d'exploitation au Koweït, au Liban et d'autres pays du Golfe. Pour ses actions sociales à travers le monde, son plateforme syndicaliste « SPDTS » a été même félicitée par le Département d'Etat des Etats-Unis en juillet 2015, représenté par le secrétaire d'Etat américain, John Kerry.

Quant à Phan Van Hien  Noelivao Olga, elle a été connue en tant que directrice d'une école supérieure privée sise dans la Capitale. Selon la section de recherches criminelles auprès de la Gendarmerie nationale d'Antananarivo, 6 individus ont déposé plainte auprès du Pôle anti-corruption après avoir été victimes d'une escroquerie. « Les deux femmes recherchées se disent être en mesure d'obtenir des financement de projets octroyés par les organismes onusien. Les bénéficiaires du projet se sont groupés pour réunir la somme demandée par les deux instigatrices afin de débloquer le montant indiqué. Ces dernières ont amassé 80 millions d'ariary sans rien donner en retour et encore moins une signe de vie », raconte la  Gendarmerie d'Antananarivo. Comme les deux présumées  arnaqueuses ont disparu, cet avis de recherche a été lancé il y a un mois de cela. Mais jusqu'à l'heure actuelle, l'enquête n'a rien donné.

K.R.

Fil infos

  • Députés de Madagascar - Rien que des faveurs personnelles
  • Visite à Ambatondrazaka - Andry Rajoelina encourage les écoliers
  • Création de nouvelles Régions - Le plateau de Mahafaly et le Mangoro dans la liste d’attente
  • Région Alaotra Mangoro - Le Président Andry Rajoelina honore ses promesses
  • Dépenses inutiles - L'Assemblée nationale sous le feu des critiques !
  • Secret du vote aux sénatoriales - Une seule et unique urne par District
  • Découpage territorial - Ikongo, Vohipeno et Manakara inséparables
  • Organisation des Jeux des îles de l'océan Indien 2023 - La candidature malagasy discréditée par les « zalous »
  • Code municipal d’hygiène - Sensibilisation et éducation du citoyen avant tout
  • Mairie d’Antananarivo - Des élus oublient leur principale mission

La Une

Editorial

  • Jeu interdit !
    A quoi joue-t-on là-haut ? Immaturité politique ou gaminerie mal assimilée ! En tout cas, quelque chose pas très catholique du moins déconcertant se produit dans les rangs des dirigeants du régime en place. Totalement inconscients de l’impact nocif de leurs actes, certains s’amusent à s’adonner à un certain jeu dangereux, guerre entre frères d’armes. Non seulement un jeu dangereux mais plutôt interdit. Des observateurs avisés redoutent l’éclatement.

A bout portant

AutoDiff