Publié dans Société

Education nationale - Quand des enseignants tiennent des revendications sexistes !

Publié le mardi, 16 juin 2020

Ils ont osé. A l’heure du 21ème siècle où l’égalité des genres est sur toutes les lèvres, la dernière sortie médiatique des membres du groupement des enseignants – éducateurs sonne comme un affront aux oreilles des défenseurs de cette lutte pour l’équité homme - femme. Rappelons qu’au cours d’une déclaration relayée par un quotidien de la Capitale hier, les membres dudit groupement ont étalé sans la moindre gêne leur profil idéal d’un ministre de l’Education nationale. Un poste resté vacant depuis le limogeage de son dernier occupant, Rijasoa Andriamanana et dont l’intérim est assuré par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Assoumacou Béatrice.

 

Dans leur argumentation, ces « enseignants – éducateurs » soulignent que le ministre doit, avant tout, « être un homme ». Après cette première phrase, tout le reste de la déclaration perd un peu tout son sens.

Impertinence 

Sur cette lancée, ces mêmes enseignants soulignent l’échec des quatre femmes ministres qui se sont succédé au sein du département de l’Education nationale. Remettre en question les compétentes d’un ministre est une chose, mais s’attaquer au genre féminin n’est autre que du pur sexisme. Certes, les deux dernières occupantes de ce département n’ont pas brillé par leur bonne gouvernance, mais force est de se demander si le ministère en question avait fait la différence lorsqu’un homme était à sa tête. Une telle déclaration étonne d’ailleurs de la part d’éducateurs qui contribuent largement à forcer l’avenir de nos enfants. Tout porte à croire que ces mêmes enseignants pourraient être capables de véhiculer les mêmes idéaux jusque dans leurs salles de classe.

Outre le fait de tenir des propos sexistes, ces éducateurs vont jusqu’à remettre en question le choix du Président de la République de nommer une femme à la tête de ce ministère. Quel que soit le poste, les compétences et les résultats doivent être les seuls critères pour la nomination d’une personne (homme ou femme) !

La Rédaction 

Fil infos

  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation
  • Sénatoriales - La liste IRMAR lance sa campagne
  • Projet Ambatovy - Production de 3000 tonnes de nickel au cours du premier trimestre 2021

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff