Publié dans Société

Affaire CVO - Les 11 accusés écopent d’une peine de 3 mois avec sursis

Publié le mercredi, 01 juillet 2020


Un emprisonnement de trois mois avec sursis ! Une peine qui est assortie d’une amende de 2,07 millions d’ariary que chaque accusé paiera à l’Institut malgache de recherches appliquées  (IMRA).Telle était la décision de la Justice sur le sort des accusés à Toamasina hier. En effet,  le procès sur l’affaire pour  tentative de commercialisation de packs entiers de « fausse » tisane anti-Covid-19 dite CVO, et qui a défrayé la chronique au cours de la semaine dernière à Toamasina, s’est tenu au tribunal local. Des membres d’une délégation ont représenté l’IMRA, entité dans la fabrication officielle du remède, se sont constitués comme la partie civile.  Les 11 personnes incriminées, dont 4 d’entre-elles avaient été placées sous mandat de dépôt à Ambalatavoahangy, ont alors comparu devant le juge. De toute façon, c’est cette vente de CVO de contrefaçon, qui était le principal chef d’inculpation retenu contre tous les accusés, du moins lors de l’éclatement de l’affaire.
Mais pendant l’audience d’hier, le motif d’inculpation avait été transformé en une commercialisation de la tisane avec une étiquette douteuse. Pour leur défense, les personnes incriminées se sont acharnées pour expliquer que le CVO qu’ils ont écoulé sur le marché local à Toamasina, est loin d’être contrefait. Ils ont avancé que des responsables au sein des quartiers étaient venus proposer leur CVO auprès d’eux. Rapidement, de leur position d’accusés, les prévenus ont fait subitement volte-face pour devenir à leur tour les accusateurs. « Depuis la récente campagne de distribution gratuite de Covid-Organics par le pouvoir, certains représentants de l’autorité publique de notre région ont fait de cette tisane un moyen pour faire du business, en la proposant auprès de certains grossistes. Pour nous, ce sont ces businessman qui doivent être sanctionnés », clame un accusé.
 Au terme de débats particulièrement houleux afin de tenter de déterminer la responsabilité de chacun de l’affaire, le juge a finalement prononcé la sentence. Du coup, les quatre prévenus, c’est-à-dire ceux qui avait été placés en détention provisoire à l’issue de leur récent déferrement au cours du week-end précédent, ont quitté Ambalatavoahangy, et pu regagner leurs foyers respectifs à l’issue de ce procès d’hier. De plus, les accusés ont encore dix jours pour faire appel à cette décision du juge.
Ainsi, la page a été tournée sur cette affaire. Au moins, elle a montré clairement que la Justice ne badine pas envers les profiteurs en cette période d’état d’urgence sanitaire.
Franck R.

Fil infos

  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables
  • Covid-19 à Madagascar - 9.000 contaminés guéris en un mois
  • Site de la MBS à Anosipatrana - La CUA veut reprendre son bien
  • Etat d’urgence sanitaire - Allègement du confinement à Analamanga - Rapatriement des Malagasy bloqués à l’étranger - Ouverture conditionnée de Nosy Be au tourisme international - Plan social pour les employés du secteur privé
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Le Président réceptionne la première livraison à Ivato
  • Collectif des opposants - Un mouvement mort-né !
  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires

La Une

Editorial

  • FDS sur la pente raide !
    Dérapages. Débordements. Dérives. Bavures. Et puis quoi encore ! Les mots manquent pour décrire les mésaventures et souvent meurtrières des éléments de la Force de défense et de la sécurité (FDS) du pays. Des actes totalement indignes des valeurs morales et diamétralement opposés à l'éthique que l'Armée et la Police nationale entendent véhiculer.

A bout portant

AutoDiff