Publié dans Société

Abus et exploitation sexuels des enfants en ligne - Lancement du portail de signalement

Publié le jeudi, 13 août 2020


Devant les risques d'abus et d’exploitation sexuels liés à l'utilisation de l’Internet par les enfants à Madagascar, des actions  viennent d’être lancées afin d’éradiquer ce phénomène. A travers Internet Watch Foundation (IWF), le ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF) et l’UNICEF entrent en collaboration  pour  ouvrir un nouvel portail où les images et vidéos  à l’encontre des enfants malagasy apparus sur l’Internet peuvent être dénoncées de façon sécurisée et anonyme.
« Les contenus signalés seront analysés par des experts de l’IWF avec des technologies modernes et efficaces en vue de les supprimer et d’empêcher que ceux-ci apparaissent sur Internet, sans pour autant empêcher les poursuites pénales des auteurs, vu que ces images sont signalées aux autorités locales et mises à leurs dispositions pour engager les procédures judiciaires », explique l’UNICEF Madagascar.  Selon Nicolette Moodie, chef de la section protection de l’enfant au sein de cet organisme onusien, les abus et l’exploitation sexuels des enfants sont intolérables, que cela se fasse en ligne ou dans le monde réel. C’est la raison qui explique la mise en place de ce portail de signalement afin que les enfants, les enfants malagasy en particulier, victimes de ces atrocités puissent bénéficier de meilleure protection et au niveau international. « Le plus important est que ce support offre la possibilité de rayer définitivement du Net des images d’abus sexuels sur les enfants et de protéger ainsi ces derniers de la re-victimisation », intervient-elle. 
Pour Naharimamy Lucien Irmah, ministre de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme, la collaboration avec l’Internet Watch Foundation à travers la mise en place du portail de signalement à Madagascar constitue une grande étape vers la réalisation de notre défi. Un propos soutenu par  Susie Hargreaves, directrice exécutive de l’IWF qui avance que  le Gouvernement de Madagascar démontre son engagement à faire un pays hostile pour les images et vidéos d’abus sexuels sur enfants en ligne.
Il est à noter qu’à Madagascar, 63% des adolescents et enfants utilisent l’Internet pour chercher des partenaires. 75,3% de ces jeunes et enfants ont rencontré physiquement les personnes contactées. 87,7% d’entre eux ont  également envoyé leurs photos à leurs correspondants, dont 29,2% en sous-vêtement. Avec l’expansion de l’accès à l’Internet ces dernières années, ces chiffres auront tendance à augmenter. Ces statistiques résultent de l’étude effectuée par ECPAT France en 2015 à Antananarivo et Nosy Be sur la prostitution des mineurs en lien avec les nouvelles technologies.
 A travers ce portail, Madagascar bénéficie d’un avantage technologique et d’un partenariat mondial qui vient renforcer les efforts consentis pour protéger les enfants des abus et exploitation sexuels des enfants en ligne. Actuellement, Madagascar est le 41ème pays  dans le monde  et 18ème en Afrique à avoir mis en place cette plateforme soutenue financièrement par End Violence Fund.
Recueillis par K.R.  
 

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff