Publié dans Société

Abus et exploitation sexuels des enfants en ligne - Lancement du portail de signalement

Publié le jeudi, 13 août 2020


Devant les risques d'abus et d’exploitation sexuels liés à l'utilisation de l’Internet par les enfants à Madagascar, des actions  viennent d’être lancées afin d’éradiquer ce phénomène. A travers Internet Watch Foundation (IWF), le ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF) et l’UNICEF entrent en collaboration  pour  ouvrir un nouvel portail où les images et vidéos  à l’encontre des enfants malagasy apparus sur l’Internet peuvent être dénoncées de façon sécurisée et anonyme.
« Les contenus signalés seront analysés par des experts de l’IWF avec des technologies modernes et efficaces en vue de les supprimer et d’empêcher que ceux-ci apparaissent sur Internet, sans pour autant empêcher les poursuites pénales des auteurs, vu que ces images sont signalées aux autorités locales et mises à leurs dispositions pour engager les procédures judiciaires », explique l’UNICEF Madagascar.  Selon Nicolette Moodie, chef de la section protection de l’enfant au sein de cet organisme onusien, les abus et l’exploitation sexuels des enfants sont intolérables, que cela se fasse en ligne ou dans le monde réel. C’est la raison qui explique la mise en place de ce portail de signalement afin que les enfants, les enfants malagasy en particulier, victimes de ces atrocités puissent bénéficier de meilleure protection et au niveau international. « Le plus important est que ce support offre la possibilité de rayer définitivement du Net des images d’abus sexuels sur les enfants et de protéger ainsi ces derniers de la re-victimisation », intervient-elle. 
Pour Naharimamy Lucien Irmah, ministre de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme, la collaboration avec l’Internet Watch Foundation à travers la mise en place du portail de signalement à Madagascar constitue une grande étape vers la réalisation de notre défi. Un propos soutenu par  Susie Hargreaves, directrice exécutive de l’IWF qui avance que  le Gouvernement de Madagascar démontre son engagement à faire un pays hostile pour les images et vidéos d’abus sexuels sur enfants en ligne.
Il est à noter qu’à Madagascar, 63% des adolescents et enfants utilisent l’Internet pour chercher des partenaires. 75,3% de ces jeunes et enfants ont rencontré physiquement les personnes contactées. 87,7% d’entre eux ont  également envoyé leurs photos à leurs correspondants, dont 29,2% en sous-vêtement. Avec l’expansion de l’accès à l’Internet ces dernières années, ces chiffres auront tendance à augmenter. Ces statistiques résultent de l’étude effectuée par ECPAT France en 2015 à Antananarivo et Nosy Be sur la prostitution des mineurs en lien avec les nouvelles technologies.
 A travers ce portail, Madagascar bénéficie d’un avantage technologique et d’un partenariat mondial qui vient renforcer les efforts consentis pour protéger les enfants des abus et exploitation sexuels des enfants en ligne. Actuellement, Madagascar est le 41ème pays  dans le monde  et 18ème en Afrique à avoir mis en place cette plateforme soutenue financièrement par End Violence Fund.
Recueillis par K.R.  
 

Fil infos

  • Code de la communication médiatisée - La boucle est bouclée
  • Flambée des cas de Covid-19 en Europe - Crainte sur la réouverture du ciel malagasy !
  • Maire d’Antananarivo - Le grand « moral » de Naina Andriantsitohaina
  • Sénatoriales - De quoi a peur le Groupe du Panorama ?
  • Affaire Raoul Arizaka Rabekoto - L'INSCAE réagit et précise
  • Tovonanahary Rabetsitonta sur la pandémie - « Les mesures préconisées par l'Etat malagasy ont été efficaces »
  • Covid-19 - Le PM expose le cas malagasy à l'AG des Nations unies
  • Descente inopinée à la maison de force de Tsiafahy - Le traitement de faveur de Mbola Rajaonah démasqué
  • Lutte contre la malnutrition - L'usine promise par le Président de la République embarquée
  • Assassinat de Danil Radjan - Des révélations de la famille en vue 

Editorial

  • Immunité et impunité !
    Le régime MAPAR de Rajoelina Andry Nirina s’investit énormément. En moins de deux ans au pouvoir, d’immenses progrès s’inscrivent déjà sur le tableau des résultats. D’énormes efforts ont été consentis et continuent afin d’exécuter, à la lettre, les termes du « Velirano ». Mais, beaucoup reste à faire et le parcours, encore loin et long, parsemé d’embûches, s’annonce âpre et éreintant. Du courage, de la volonté et de la bravoure, il en faut certainement.Le combat contre toute forme de malversation est une lutte de longue haleine. En dépit des tirs aveugles des détracteurs, la bataille bat son plein. Durant la campagne électorale, le candidat n°13 s’était engagé fermement à lutter contre la corruption comme étant la base de toute action destructive. En tandem du mal avec l’impunité, la corruption résiste. Et quand l’impunité croise en chemin l’immunité, le combat se corse davantage. Conscient de l’effet dévastateur, de la gravité sinon…

A bout portant

AutoDiff