Publié dans Société

Association malagasy contre le diabète - Prise en charge gratuite du patient diabétique jusqu'à sa 25e année

Publié le mercredi, 09 septembre 2020

Les personnes diabétiques sont vulnérables face à la Covid- 19 et aux autres maladies virales. Selon la statistique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 5% à 8% de la population malagasy seraient diabétiques. Ces personnes requièrent une attention particulière dans leur traitement comme le contrôle régulier auprès d'un médecin, la surveillance du taux de glycémie au moins 2 fois par jour, injection d'insuline jusqu'à 4 fois par jour ou encore suivre des séances d'éducation thérapeutique. Cependant, tous ces traitements sont coûteux voire impossibles à Madagascar puisqu'un patient devrait dépenser au moins 1 000 000 d'ariary par an.

 

Afin de permettre aux enfants et jeunes de bénéficier un traitement adéquat, l'AMADIA (Association malagasy contre le diabète) entame depuis le début de ce mois, un programme intitulé « Aucun enfant ni jeune ne doit mourir du Diabète ». Appuyé par la Fondation australienne « Life for a child » et l'organisation américaine « Direct relief », ce programme consiste en la prise en charge gratuite du traitement des enfants et jeunes atteints du diabète de type I jusqu'à leur 25e année. Cette offre comprend une consultation médicale et une analyse hématologique glyquée (HbA1c) périodique, une fourniture des insulines nécessaires, appareils et consommables comme les glucomètres, bandelettes pour un contrôle quotidien chez soi de leur glycémie.

 L'adhésion à ce programme est volontaire. En contrepartie de cela, le patient doit remplir et signer une lettre d'engagement qui consiste à appliquer strictement les instructions médicales et thérapeutiques décrites, les consignes pour le suivi du traitement et les conditions d'utilisation des insulines et des appareils et consommables fournis. En plus d'être membre de l'AMADIA. Le coût annuel de cette prise en charge est estimé à 3 000 000 ariary par patient. Ils sont applicables dans les 14 centres de diabète AMADIA dans tout Madagascar.  

Recueillis par Anatra R.

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff