Publié dans Société

Kidnapping - Deux acolytes de Lama obtiennent une liberté provisoire

Publié le dimanche, 27 septembre 2020

Au grand étonnement de plus d’un, deux personnes en détention provisoire dont une femme, et qui sont impliquées dans une affaire de kidnapping, ont obtenu une liberté provisoire. Il s’agit de cette décision prise le 7 septembre dernier, au niveau du Tribunal de première instance. Les accusés ont été incarcérés, l’un à Antanimora et l’autre à Tsiafahy, en avril dernier. Pour parler de gibiers, on peut dire que ce ne sont pourtant pas des moindres. 

Les accusés ne sont autres que des membres de l’entourage du plus dangereux cerveau des enlèvements d’Indopakistanais au pays, le désormais feu Lama. En effet, l’accusé fraîchement sorti de prison, serait le proche de Tovo kapila, ce dernier ayant également gagné une sale réputation en matière de kidnapping de citoyens indopakistanais locaux. 

Ainsi, les deux accusés auraient plusieurs enlèvements à leurs actifs, si l’on ne parle par exemple que ceux qui s’étaient produits à la fois à Ivandry, à Soavimasoandro, la seule année de 2018.

Pour certains observateurs, la récente mise en liberté des concernés reste donc un insondable mystère. Pour d’autres, ils soupçonnent que les incriminés auraient usé autant que possible de la pression quelque part pour pouvoir recouvrer ainsi la liberté.  Pour l’opinion, cette situation dépasse l’entendement et la logique si l’on se réfère aux cas des auteurs de menus vols actuellement emprisonnés, mais qui se sont vus systématiquement refuser leur demande de liberté provisoire.

Pour être franc, gageons que cette même opinion n’exclut pas l’idée de la puissance de l’argent dans cette affaire. Il est vrai que, dans ce pays, il n’existe justement personne autre plus riche que les ravisseurs. A preuve, la plupart d’entre eux ont investi des sommes colossales pour s’acquérir des terrains, des villas ou autres belles voitures, grâce notamment à l’argent du kidnapping. L’opinion n’a qu’un souhait : que les autorités en place se penchent de plus près sur ce dossier dont un relent de corruption n’est pas à exclure.

F.R.

Fil infos

  • JIRAMA - Les impayés des fournisseurs s’élèvent à 1 000 milliards d’ariary
  • Etat de droit - « Le système judiciaire est corrompu »
  • Affaire de Vohilava Mananjary - Les raisons du mécontentement de la population
  • Sénatoriales - Le CNOE se plie à la décision de la HCC
  • Situation sanitaire à Madagascar - L’état d’urgence levé, la prudence exigée
  • Arrêt de l’exploitation aurifère à Vohilava - La Société civile exige des sanctions contre la société fautive
  • Association AFF - Fondation - VISEO Ensemble pour un renouveau de l’éducation
  • Décret de convocation du collège électoral - La HCC déboute Rivo Rakotovao et les sénateurs
  • Marc Ravalomanana - Un indécrottable mauvais payeur
  • Vol de marchandises d'1 milliard Ar - Quand la politique entre dans le prétoire…

Editorial

  • Bataille acquise !
    Zéro décès, nombre de contaminés en traitement stationnaire. Le Président Rajoelina est en passe de gagner son pari, son combat. C’est le cas de le dire, il a pris la lutte contre la pandémie de Covid-19 pour « son » combat, défi et pari personnel. Il a de quoi à être fier ! L’Etat met fin à l’état d’urgence sanitaire. Pour un Chef d’Etat, perdre ou gagner la bataille contre la Covid-19 équivaut à perdre ou gagner son combat politique personnel. La mauvaise gestion de la réponse à la pandémie traduit un échec politique d’un dirigeant qui va perdre, de fait, la confiance de son peuple. Le cas risque de se produire quelque part en Amérique en cette veille de l’élection présidentielle du 3 novembre prochain.

A bout portant

AutoDiff