Publié dans Société

Agression mortelle à Ouagadougou - Une ressortissante malagasy succombe sous les balles d’un assaillant

Publié le mardi, 29 septembre 2020

Scène à la fois violente et meurtrière en plein cœur d’Ouagadougou, Capitale du Burkina Faso, lundi dernier. Un assaut de bandit a fait une victime, un ressortissante malagasy. Les tristes faits sont survenus   au carrefour avenue Kanazoé, vers 10 heures du matin. D’après des sources convergentes, la malheureuse venait de faire un retrait à la banque, et elle était déjà dans sa voiture, donc prête à partir, lorsque l’assaillant était subitement entré en action. 

Dans un enchaînement de gestes, l’agresseur aurait brisé la vitre du véhicule pour s’emparer de son sac. Mais loin de croiser les bras, la victime a résisté tout en se cramponnant sur son sac. Du coup, l'assaillant a décidé d’utiliser les grands moyens pour parvenir à son funeste objectif. Il a ouvert le feu sur la Malagasy, la touchant mortellement ainsi. Sitôt son crime consommé, le bandit a pris la poudre d’escampette non sans qu’il n’ait mis la main sur le sac de la victime. Or, il n’y avait que son dossier de prêt à l’intérieur de l’objet.

 Bien que l’identité de la victime n’ait pas encore été  connue, il existe une certitude : elle fut géologue et a travaillé pour le compte d’une société minière dans ce pays africain. Il s’agit d’un cas d’agression fatale, l’un des rares, ayant coûté la vie à une compatriote résidant à l’étranger, notamment sur le continent africain, sauf bien sûr des militaires d’origine malagasy en opération, et qui ont perdu leurs vies à la suite d’un acte terroriste. Les agressions de nationaux existent bel et bien à l’étranger, mais pas au point de leur faire perdre systématique la vie. C’était bien le cas en France vers fin juillet dernier lorsqu’un policier a attaqué violemment un adolescent de 16 ans à Besançon. La victime a été accusée d’outrage et de menace de crime à l’encontre d’une personne dépositaire de l’autorité, selon un quotidien du pays. Enfin, c’est plutôt l’inverse qui se produit, car dans la majorité des cas, ce sont des Malagasy résidant à l’étranger qui ont été inculpés de meurtre.

Franck R. 

Fil infos

  • Loi sur la communication médiatisée - Les acteurs dans les Régions mis au parfum
  • Pension de retraite pour les députés - Razanamahasoa Christine précise
  • Fonctionnaires fantômes - La coupure des salaires effective
  • Lutte contre la corruption - « La volonté politique est primordiale »
  • Lutte contre la Covid-19 - Roland Ratsiraka veut encore semer le chaos
  • Port du masque à Antananarivo - Les sanctions sont tombées pour des récalcitrants
  • Lalatiana Andriatongarivo - La prolongation du mandat des sénateurs est inconstitutionnelle
  • Députés de Madagascar - Rien que des faveurs personnelles
  • Visite à Ambatondrazaka - Andry Rajoelina encourage les écoliers
  • Création de nouvelles Régions - Le plateau de Mahafaly et le Mangoro dans la liste d’attente

La Une

Editorial

  • Approche à revoir
    Quatre professionnels du média défraient la chronique ces derniers jours. A la Une des journaux, ils font couler beaucoup d'encre. Sabrina, animatrice d'antenne de Kolo TV, accusée de propagation de fausses nouvelles troublant l'ordre public, fut placée sous mandat de dépôt à Antanimora. Après un séjour d’un mois, elle bénéficia d'un relax suite à une décision présidentielle. Arphine Helisoa, une autre journaliste poursuivie pour propagation de fausses nouvelles et incitation à la haine à l'encontre de la personne du Président de la République, séjourna trente jours à Antanimora. Elle retrouva également sa liberté grâce à un geste du Président Rajoelina Andry.

A bout portant

AutoDiff