Publié dans Société

Insécurité alimentaire à Ifotake - Près de 750 victimes recensées par le PAM

Publié le mercredi, 30 septembre 2020

Aux dernières nouvelles, la Commune d’Ifotaka, située dans le District d’Amboasary, compte 150 ménages victimes de l’insécurité alimentaire. Les données obtenues par le Programme alimentaire mondial (PAM) estiment qu’environ 750 personnes résidant dans les Fokontany d’Ankilimarovahatse et d’Ifotake en sont actuellement affectées. Selon Moumini Ouedraogo, représentant résident du PAM à Madagascar, les informations leur sont arrivées tardivement. Mais malgré cela, une équipe déployée par le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) et du PAM s’est dépêchée sur place depuis lundi afin d’évaluer la situation dans ces deux Fokontany. « Notre mission a permis de confirmer que la population d’Ifotaka est durement affectée par l’insécurité alimentaire et se trouve sans ressources pour survivre. En réponse à l’urgence signalée, ces habitants viennent de bénéficier de vivres composés de riz, haricot, huile, ainsi que de la  farine de maïs/soja fortifiée en vitamines et sels minéraux », rassure-t-il. Et d’ajouter qu’en ce mois d’octobre, un rapport sera publié en ce qui concerne la situation alimentaire et nutritionnelle dans la Région. Ce rapport prendra en compte différentes informations, à savoir la pluviométrie, la nutrition, la production agricole disponible, le marché. « Nous allons déterminer le niveau de sécurité nutritionnelle dans cette zone pour mieux intervenir. Pour les Régions en phase 1, la situation est encore normale. En phase 2 et 3, il est difficile d’estimer si les provisions des ménages vont durer et peuvent assurer la prochaine saison. En phase 4, il y a une urgence. Et en phase 5, des cas de décès sont signalés au sein de différentes familles », souligne Moumini Ouedraogo.
Effectivement, comme le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) l’a déjà présagé, une augmentation des cas de malnutrition aiguë sévère a été enregistrée le mois d’août dernier dans la Commune d’Ifotaka. Suivant les données locales rapportées à cet organisme onusien, 44 enfants de moins de 5 ans ont été admis dans un établissement sanitaire pour suivre le traitement de la malnutrition aiguë sévère. Rien que cette année, le bilan fait état de 282 cas d’hospitalisation.
A titre de rappel, le dernier document-cadre intégré de Classification de la sécurité Alimentaire (IPC), publié par le Gouvernement et ses partenaires datant d’avril 2020, avait estimé que 1,6 million de personnes dans le Grand sud auraient des difficultés d’accès à la nourriture à cause de la sécheresse. Parmi elles, 500 000 personnes ont besoin d’assistance urgente. En plus des effets de la sécheresse, les restrictions liées à l’épidémie de Covid-19 aggravent la situation en limitant l’accès des ménages aux aliments diversifiés sur les marchés locaux. Le PAM a prévu ainsi d’assister 300 000 personnes à travers la distribution de vivres ou d’espèces pour sauver des vies et protéger les moyens d’existence des ménages. Il s’agit d’une supplémentation nutritionnelle pour prévenir la malnutrition aigüe et une assistance alimentaire pour la création d’actifs productifs.  
Recueillis par K.R.

Fil infos

  • Sécheresse et dégradation des zones forestières - Toute la ville de Fianarantsoa privée d’eau à partir de demain
  • Mise en accusation de ministres à la HCJ - Accouchement difficile à l’Assemblée nationale
  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff