Publié dans Société

Faux lors du baccalauréat - Deux personnes dont un maître Fram jetés en prison

Publié le vendredi, 23 octobre 2020

Jeudi dernier, les deux individus impliqués dans une affaire d'imposture lors du  recent examen officiel du baccalauréat, respectivement à Farafangana et à Mananara-Nord, ont été places sous mandat de dépot. Les membres du jury les ont surpris en train de composer à la place des vrais candidats, qui ont simplement brillé par leur absence pour des raisons non évoquées.

 

A commencer par le faux candidat de Farafangana. La supercherie fut mise à nu durant l'épreuve de mathématiques. Le premier a donc remplacé les photos d'identité   du candidat prévu faire la composition par les siennes. En agissant ainsi, le faux candidat a espéré ne pas être inquiété, ni identifié. Or, en vérifiant en détail les renseignements concernant la postulante, car il s'agit d'une fille et non un homme, les jurys découvrent finalement la tromperie. Pris sur le fait, le suspect ne pouvait que reconnaître les faits. Il a avoué vouloir composer à la place de la candidate, qui n'est autre que sa femme. Mais ce n'est pas tout. Les examinateurs dans la salle d'examen, étaient tombés des nues en apprenant que le concerné est un maître Fram !

Quant à la seconde affaire, elle est survenue à Mananara-Nord. Cette fois, le faux dont on incrimine un autre suspect concerne l'épreuve de philosophie. Là, il a voulu faire le bacc à la place d'un autre individu. En réalité, le suspect a profité de sa ressemblance  physique avec le candidat absent pour travailler à la place de celui-ci. Or, c'était sans compter le flair et la méfiance des membres du jury. Car en le soumettant à un contrôle, ces derniers ont finalement compris les manèges du quidam. Ses traits sont loin de correspondre à ceux du jeune candidat, et il fut arrêté sur-le- champ.

Franck R.

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff