Publié dans Société

Service autonome de maintenance de la ville d'Antananarivo - Le nouveau DG prend ses services

Publié le lundi, 30 novembre 2020

Une nouvelle tête au sein du Service autonome de maintenance de la ville d'Antananarivo (SAMVA). La passation de services entre le nouveau directeur général du SAMVA, le colonel Andrianaivo Ravoavy et son prédécesseur, le Général Marie William Rakotoarivony, s'est tenue hier à Ampasampito. Durant les trois ans de services de ce dernier, le SAMVA n'a pas pu mener à bien ses missions, lesquelles consistent à assurer la propreté de l'agglomération d'Antananarivo Renivohitra, la collecte des ordures ménagères, l'assainissement des canaux des eaux usées et le traitement des produits de vidange.

A plusieurs reprises, ce département a avancé comme justifications les difficultés financières qui ne lui permettent pas de mobiliser et entretenir les matériels qu'ils disposent comme les camions bennes. Le nouveau directeur général a été nommé durant le Conseil des ministres qui s'est tenu le 25 novembre dernier. Une nomination que bon nombre d'entre les citoyens espèrent apporter un grand changement dans la gestion des ordures de la Capitale.

En attendant, le ramassage des ordures dans la Capitale se poursuit. La Commune urbaine d'Antananarivo (CUA) s'est concentrée sur une opération du côté de Namontana et Anosibe. D'ailleurs, ces quartiers sont mal réputés en termes de salubrité et de désorganisation. En effet, outre la présence des grands marchés de légumes et fruits, les habitants et commerçants jettent leurs ordures partout, sans parler des canaux d'évacuation d'eaux usés qui ne fonctionnent plus. Il faut savoir que la mentalité de bon nombre de concitoyens est loin d'évoluer, et cela malgré des sensibilisations et éducations citoyennes effectuées par divers organismes. 

A noter que durant une descente effectuée par une équipe de la Municipalité dans les rues de la Capitale, dans le cadre dudit projet de collecte des ordures, la semaine dernière, le maire de la ville, Naina Andriantsitohaina a réitéré que la restitution du SAMVA à la CUA est incontournable. 

Anatra R.

Fil infos

  • Education - 500 000 ariary d’aides spéciales pour chaque maître FRAM
  • Marc Randrianisa recherché - Pour appel au meurtre contre Mialy R. et ses enfants
  • Pillage à Toliara - 30 auteurs du forfait arrêtés
  • Fanirisoa Ernaivo - Quand la haine se déchaîne
  • Crédibilité de l’Opposition - De mal en pis !
  • Recrudescence de la Covid-19 à Nosy-Be - Suspension des vols internationaux envisageable
  • Trafic des 73,5 kg d’or - La Justice sud-africaine déboute la société de Dubaï et les trois trafiquants malagasy
  • RMDM - Une plateforme adepte de la désinformation
  • Université de Toamasina - Son président aspire à devenir ministre
  • Transport par câble à Antananarivo - Les deux premières lignes opérationnelles en 2023

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un recalibrage s’impose !
    Il faudrait, dans l’intérêt général de la Nation, recadrer les délimitations du sens du terme « démocratie » et le situer dans le contexte propre qui prévaut. Comme toute chose, la démocratie ne peut pas avoir une définition statique, invariable et irrévocable. Il faut bien l’intégrerou le cadrer dans le contexte spatio-temporel. Une telle approche ne confère pas à la démocratie un sens élastique que chacun pourrait tirer selon sa bonne volonté. Il existe une certaine constante dans le cadre duquel un authentique démocrate on ne doit pas passer outre.Larousse définit, entre autres, le mot « démocratie » en ces termes : « Régime politique dans lequel le peuple exerce sa souveraineté lui-même sans l’intermédiaire d’un organe représentatif (démocratie directe) ou par représentants interposés (démocratie représentative) ». A partir de ce cadrage de base, il appartient à chaque pays ou Etat de calibrer le concept de démocratie qui lui convient…

A bout portant

AutoDiff