Publié dans Société

Employée malagasy morte au Koweït - Un décès « suspect » d'après sa famille

Publié le lundi, 28 décembre 2020

Rapatriement du corps cet après-midi. Zara Claudine Mernandine a perdu la vie au Koweït, le 12 décembre dernier, après y avoir travaillé pendant 4 ans. « Nous n'étions pas au courant de son décès que quelques jours après, en appelant son patron. En effet, la dernière conversation téléphonique qu'elle a eue avec sa cousine semblait être un signe de détresse, puisqu'elle s'est plainte des comportements suspects de son patron, outre les nombreuses tâches qui lui incombent. Elle lui a même laissé le numéro téléphone de son employeur au cas où il lui arriverait quelque chose », avance le cousin de la défunte. Sa famille pense à un décès suspect, d'autant plus que son origine reste non identifiée jusqu'ici.

D'après son contact dans ce pays arabe, le patron de la défunte aurait avancé un arrêt cardiaque. « J'ai essayé de l'appeler et de lui envoyer des messages à plusieurs reprises, mais elle était injoignable pendant des jours. J'ai ainsi décidé d'appeler son patron, lequel m'a informé qu'elle était morte et que son corps se trouve à la chambre froide. Une autre personne nous a ensuite confirmé le décès », nous confie une cousine de la défunte, travaillant également au Koweït. Ses contacts dans le quartier où vit la victime, joints par téléphone, se sont chargés de toutes les formalités et de la préparation du corps jusqu'à son rapatriement.

Frais de rapatriement assurés par la famille

Réticents au début. Les patrons de Zara Claudine auraient refusé le rapatriement du corps puisque tous les frais y afférents sont à leur charge. Ils auraient proposé d'envoyer 500 Dinars, soit plus de 5 millions d'ariary, pour les deux enfants de la défunte, contre son enterrement au Koweït. « Selon notre coutume, enterrer une personne en dehors de son village natal est intolérable. C'est pourquoi toute la famille a insisté pour le rapatriement du corps. Au final, ce dernier a pu se faire dans la soirée du 25 décembre dernier, avec la prise en charge des patrons », relate la cousine. Une fois que le corps soit arrivé à l'aéroport d'Ivato, prévu ce jour vers 13h 30 à bord d'un vol de Turkish Airlines, la famille se chargera de toutes les dépenses liées au rapatriement jusqu'à son village natal, situé à 37 km de Sambava. Au total, le coup du transport y afférent s'élève à 2,6 millions d'ariary, d'après notre source auprès de la famille. Celle-ci se plaint de l'irresponsabilité de l'agence de placement qui aurait pourtant pu se débrouiller pour que la défunte change quatre fois d'employeurs en 4 ans, suite à des cas de maltraitance. Notons qu'en début décembre, l'employée a pu appeler son père et lui envoyer 1 million d'ariary pour sa contribution à la réhabilitation de leur maison familiale. Affaire à suivre !

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • 8 mars - Madagascar honore toujours ses femmes
  • Président Andry Rajoelina - « Que les forces des ténèbres soient vaincues »
  • Préfet de police d’Antananarivo - Le territoire de son ressort
  • Ministère de la Culture et de la Communication - Un tremplin vers la professionnalisation des artistes
  • Election du président de la Confédération africaine de football - La honte pour l’Afrique !
  • Construction illicite - Un Nabab nargue la Mairie d’Antananarivo
  • Indisponibilité de Soamandrakizay - Tant pis pour l’Opposition
  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Journée des combattantes
    8 mars, jour-J ! « Journée internationale de la femme » ce jour. Journée de l'année spécialement dédiée aux réflexions, sinon à la mise pour la énième fois sur le plateau du débat relatif aux droits fondamentaux du genre féminin. L'ONU, Organisation des Nations unies, adopte en Assemblée générale en 1977 une résolution historique reconnaissant la date de 8 mars comme étant une Journée mondiale de la femme. Et que tous les pays membres épris de liberté et respectant les droits humains, notamment ceux de la femme ont le devoir voire l'obligation de consacrer ce jour-là à une réflexion approfondie et à organiser ainsi des manifestations officielles se rapportant sur les droits de la femme. Madagasikara tient, tous les ans, à rendre hommage à cette journée hautement symbolique.

A bout portant

AutoDiff