Publié dans Société

Trafic de tortues - 7 personnes placées sous MD

Publié le jeudi, 29 avril 2021

L’affaire concernant l’interception d’un camion de trafiquants de tortues à Beloha - Androy, le soir du 7 avril dernier, a fait jaser l’opinion et la presse locale.

Quant à la marchandise, elle a été cachée dans 8 sacs, soit 193 reptiles. Déférées récemment au Parquet, sept personnes sur les onze qui avaient été initialement impliquées, ont été placées sous mandat de dépôt. En revanche, les quatre autres ont obtenu une liberté provisoire.

Tout a démarré vers 21h le mercredi 7 avril dernier lorsque le Commandant du groupement de gendarmerie de l’Androy fut informé de la situation. L’information a parlé de la présence des occupants d’un camion, lesquels étaient en train de réunir illégalement des tortues à Soamanitsy, Commune de Tranovaho, et que les suspects devaient par la suite regagner Beloha.

Cette situation a, du coup, suscité une mobilisation des brigades de gendarmerie de Tsihombe, d’Antanimora- Sud et de Beloha, lesquelles ont décidé d’instaurer des barrages sur cet axe. Les échanges d’informations entre ces brigades ont duré jusqu’à une heure du matin, informations desquelles, la mission en vue d’intercepter le poids lourd suspect a été confiée au Commandant de la brigade de Beloha.

A partir de là, tout était devenu flou. Car le commandant, dépêché afin de contrôler le camion, aurait déclaré qu’il était tombé sur un autre, qui ressemble vaguement à celui décrit par les informateurs. Or, lors du contrôle sur ce que le camion a transporté, le commandant aurait affirmé qu’il n’y avait que des ballots de sisal. Et aucune trace de tortues.

La confusion était telle qu’on n’a plus su exactement comment s’est déroulée et terminée la mission du Commandant de brigade(CB). Des villageois auraient avancé avoir vu que les huit sacs auraient été largués à un endroit situé à deux kilomètres de Beloha. Et que les premiers ont rapidement informé les autorités forestières locales.

Un peu plus tard, le Commandant de brigade en cause a finalement rapporté au Commandant de compagnie de gendarmerie locale chargé d’enquêter sur cette affaire, comme quoi les tortues avaient été finalement retrouvées. Au final et en marge de l’incarcération de toutes ces personnes, tous ces imbroglios dans les déclarations du Commandant de brigade en cause sur l’affaire, auraient failli compromettre sa carrière ainsi que son collègue, également impliqué. Enfin, une dernière nouvelle avance que le CB figure sur la liste de ceux qui ont été provisoirement remis en liberté.

F.R.

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff